Jade Jackson: « Wilderness »

Santa Margarita est une petite ville paisible de Californie. Bien trop paisible pour une petite fille née au début des années quatre-vingt-dix et dont les parents n’avaient ni télévision ni internet. Aussi pour braver l’ennui, après l’école et entre les services du restaurant familial, Jade Jackson se réfugiait dans la musique et écoutait en boucle les disques de son père. Son enfance fut ainsi bercée par Hank Williams, Bob Dylan, Tom Petty, Bruce Springsteen. A 13 ans, elle commençait à jouer et à composer des chansons à la guitare et à se produire sur les petites scènes locales. Jade ne savait pas encore comment y arriver mais elle était sûre d’une chose, elle voulait faire de la musique.
Le destin a pourtant bien failli en décider autrement. A 20 ans, une chute de cinq mètres lors d’une randonnée pédestre a presque eu raison de ses rêves de jeune fille. Vertèbres brisées, rupture du coccyx, ses chances de remarcher un jour étaient très faibles. Engoncée dans une orthèse dorsale et totalement dépendante des analgésiques, Jade Jackson sombra dans la dépression. Elle s’en sortit par la force de sa volonté et par l’extraordinaire pouvoir thérapeutique de la musique. Quelques années plus tard, elle fut repérée par Mike Ness, le leader de Social Distortion, attiré par le talent irrésistible de cette jeune femme au regard mélancolique qui, malgré son jeune âge, semblait déjà avoir vécu mille vies. Ness devint rapidement son mentor. Il produisit son premier album, Gilded en 2017, et il est encore aux commandes du deuxième, Wilderness.

A maintenant 27 ans, Jade Jackson a décidé de mettre en musique son calvaire, ses doutes et ses espoirs et Wilderness sera sa catharsis. Ainqi, dans la magnifique ballade « Secret » elle évoque ses calvaires et c’est là que se situe sa spécificité : des paroles à fleur de peau sur une musique pop rock composée et produite avec le plus grand soin. Mi femme enfant, mi femme fatale, Jade Jackson impressionne par son talent de compositeur et ensorcelle par sa magnifique voix, une voix chaude, profonde, légèrement voilée, dont la jeune chanteuse maîtrise chaque inflexion, jusqu’à tutoyer la perfection avec le bouleversant « Loneliness » le sommet indépassable de l’album.
Wilderness est un opus aussi lumineux qu’introspectif. C’est bien là toute sa force. La musique de Jade Jackson ne véhicule aucun pathos et s’avère la bouffée d’air frais pop rock que l’on n’attendait plus depuis Suzanne Vega. Du country rock (« Bottle It Up », « Tonigh »’) à l’americana (« Dust », « Long Way Hom »’) en passant par le folk (« Shiver ») et de vraies pépites pop rock (« City Ligh’ », « Don’t Say That You Love Me », « Multiple Choice », « Now Or Never »), Jade Jackson fait mouche à tous les coups, grâce à son sens inné de la composition et au soutien de ses musiciens, entièrement dévoués à sa musique.

Ce  très bel album, qui se révèleea rapidement addictif par sa façon de nous prendre par les sentiments sans jamais nous brusquer. Avec sa voix ensorcelante, sa mélancolie larvée et sa sincérité désarmante, Jade Jackson n’en fait jamais trop et se livre avec pudeur, tout en maintenant la distance nécessaire pour préserver la part de mystère qui la rend si attachante.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :