No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

X Ambassadors: « Orion »

Trois ans après leur dernier album, les New-Yorkais de X Ambassadors dévoilent Orion un troisième albumqui fait sourire d’entrée de jeu notamment grâce à un « single », « Hey Child», entêtant et entraînant comme on en fait rarement.On a droit à unensemble qui mélange rock, pop et hip hop pour emmener l’auditeur dans un monde où règnent l’amour et la confiance dans le futur.

Tout aussi intriguant qu’impressionnant, le trio livre des chansons engagées et très personnelles, aussi variées que cohérentes. Il s’offre même un duo sur « Confidence »” avec la rockeuse K.Flay, petite protégée de Dan Reynolds (Imagine Dragons).

La bande n’oublie pas pour autant sa patte en cours de route. La patte d’un lion qui marche sur du velours. En attestent d’une part des morceaux tels que « Rule » ou « History ». Doux et mélancoliques, ils nous laissent apprécier, savourer même, l’harmonie entre la voix de Sam Harris et les mélodies toujours très travaillées mais tellement délicates.

Ailleurs, on retrouvera des morceaux plus entraînants, livrés à grands coups de grosse caisse et de lignes de basse enjouées. « Recover » sonnera ainsi comme une preuve de la puissance de la voix du frontman tandis que le single « Boom » prourrait prendre des airs de tube de l’été tant il reste en tête. Au final, c’est ce sera « Shadows » qui viendra faire le lien entre ces deux particularités du style de X Ambassadors.

« Orion » atteint son apogée sur « I Dont’t know How to Pray », un titre très intime résumant parfaitement bien ce que les Américains ont cherché à faire : se dévoiler en profondeur sans jamais cacher leur vulnérabilité et nous inciter à faire de même.

Après avoir dégusté chacune des onze bouchées de cet album, on se sent comme de retour d’un long voyage. Grandi et empli de force pour affronter le futur. X Ambassadors a donc réussi son pari et fémontré que son long processus d’écriture aura, ai bout du compte, été plus que bénéfique.

***1/2

19 juin 2019 Posted by | On peut se laisser tenter | | Laisser un commentaire

Soho Rezanejad: « Torino »

Le nouveau projet de la chanteuse et compositrice Soho Rezanejad, Torino, est une oeuvre surprenante de par sa singularité, appuyée par le film, réalisé pour l’album par Kamil Dossar.

Torino nous plonge dans un combat céleste, où les anges peuvent se transformer en divins démons. L’atmosphère nuageuse de l’ensemble transperce les songes, pour déposer des baisers au pouvoir mystique.

L’album de Soho Rezanejad est une proposition sensorielle de ce que l’on ne peut toucher, une expédition en terres brumeuses et cieux menaçants, couverts d’ombres fugaces et d’incandescence impalpable.

Le temps semble s’étirer pour s’étioler en milliers de goutes d’eau, loin de la matérialité et de la laideur du monde. Un album au pouvoir transcendant

****

19 juin 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Joel Mull: « Arrow Of Time »

Le producteur suédois Joel Mull n’est pas inconnu des amoureux de techno. Son quatrième album Arrow Of Time, ne déroge pas à la règle, mais il est enrobé d’un sens de la mélodie qui manque depuis quelques années au genre.

Arrow Of Time est une invitation au voyage, nous transportant sur des rythmiques hypnotiques et des nappes fluviales, créant des atmosphères propices à danser sur des tessons de coton.

C’est le genre d’album qui surprend, de par sa pureté et son esthétique musicales, marchant sur les pas des disques qui contractent le temps et imposent leur énergie, gorgée de vibrations et de tribalité suave.

La douce puissance qui s’en dégage est enivrante de par ses roulements constants et ses cascades moelleuses, appuyés par des kicks tapant du pied sur des dancefloors carnivores. Techno jusqu’au bout des snares, Arrow Of Time fait preuve d’une efficacité captivante, gorgé de sensations multiples et de décrochages dimensionnels tripants. Superbe.

***1/2

 

19 juin 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Blossoms: « Cool Like You »

Blossoms avait débarqué sur la scène indie britannique avec un premier album qui avait permis à la formation de Stockport de prendre la relève de la scène Madchester 2.0 avec un résultat aussi bien impressionnant que dansant. Alors forcément, le quintet était fortement attendu comme l’atteste ce successeur nommé Cool Like You.

Dès l’entrée en matière ; « There’s A Reason Why (I Never Returned Your Calls) », Blossoms nous donne son mot d’ordre: celui de faire s’agiter les foules. La combo n’a rien perdu de sa fraîcheur et de sa ferveur comme l’attestent des morceaux aux touches plus synthétiques qu’à l’accoutumée. On voisinera donc avec la vibe californienne bien chaleureuse de « I Can’t Stand It » qui suit mais également « Unfaithful » et « Stranger Still ».

Si il est clair que Cool Like You se distingue par ces arrangements un peu plus sucrés mais Blossoms sait retrouver les couleurs à l’abri des ballades comme « How Long Will This Last ? » et « Between The Eyes » et de l’énergie rock de « I Just Imagined You » en passant par « Giving Up The Ghost ».

Mais pour le reste, le groupe de Stockport privilégie de plus en plus les ambiances plus synthétiques, et, même si ils perdent un peu de leur spontanéité, Cool Like You montre que Blossoms n’a rien perdu de sa vigueur à faire bouger les gens.

***

19 juin 2019 Posted by | On peut se laisser tenter | | Laisser un commentaire