No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

The Austerity Program Bible: « Songs 1 »

Cela fait plus de vingt ans que Justin Foley et Thad Calabrese développent une formule basse-guitare cadencée par une programmation rythmique. Dans leurs jeunes années sous le nom de Polonium, puis plus tard avecThe Austerity Program, les deux n’ont cessé d’alimenter leur sérieux penchant pour un punk-noise teinté de métal, où les angles arrondis n’existent pas. C’est sur ces principes intacts qu’ils reviennent dynamiter, en six versets, une nouvelle sauvagerie intitulée Bible Songs 1.

Ce troisième album ne laisse aucune place à l’incertitude. Vingt-deux minutes frontales et largement convaincantes suffisent à ériger une mécanique du chaos parfaitement orchestrée. On y retrouve l’esprit des deux précédents disques,Black Madonna 2007) et Beyond Calculation (2014), même si le degré d’inclinaison du tumulte penche nettement vers la bizarrerie, et que l’ambiance générale se révèle aussi extrême qu’inattendue. On prendra cher ! Répétitions entêtantes, ambiances lapidaires, l’intensité est élevée dès le mid tempo « Isaiah 6 32 – 6 « en ouverture, ou plus loin avec les furieux » Ezekiel 39 17 – 20 » et « Kings 25 1 – 7 ».

Guitare stridente aux riffs teigneux, basse lourde et rythmes aussi vigoureux qu’une horde de marteau-piqueurs viennent épauler la voix scandée de Justin Foley qui bazarde, tel un prêcheur défroqué, toute l’étendue de son éloquence. Les new yorkais en mettent clairement plein la figure et, sans soulager un instant la tension de leurs mélodies infectées de rage, ils touchent même le grâle sur le titanesque « Numbers 31 13 – 18, » ou les fanatiques « Ezekiel 23 31 – 35 » et « Samuel 6 12 – 23 » aux revers surprenants.

Bible Songs 1 est un disque fou. Déstabilisant à la première écoute, il devient unique dès la deuxième. Et bien qu’il ne soit pas facile à appréhender, il est un décalaminage aussi extravagant que remarquable, magnifié par deux talentueux allumés s pour qui musique rime avec performance et mystique. Il conviendra alors de se positionner dans cet axe si l’on veut pleinement s’approprier l’étendue de cette messe déglinguée dont la décharge n’incite qu’à une seule chose : communier.

****

12 juin 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :