No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Pixx: « Small Mercies »

Le succès critique du premier album de Pixx,The Age of Anxiety a encouragé Hannah Rodgers à continuer sur sa lancée avec son second opus Small Mercies. Dans ce deuxième volet, les thèmes sociétaux ont été mis en musique sans que le propos ne deviennen trop didactique et le combo approfondit son savant mélange de rock et d’électronique qui n’est pas sans éviquer les années 80 et 90.
Le disque dévoile à son auditeur un monde accessible à la pop synthétique et le grunge. L’introduction clin d’œil à Hot Chip (« Andean Condor ») convainc par sa dynamique et sa bonne humeur et la formation s’exercera au rock lo-fi sans prévenir dans « Bitch » ou vaux titres électroniques rétro-futuristes : « Disgrace », « Peanuts Grow Underground », « Duck Out ». Le song-writing est détaché, arbore un style formel ou répété ce qui ajoute au charme du disque et, en considérant les guitares-garage saturées de « Mary Magdalene », Pixx va s’amuser à détourner l’attention et à pourvoir une certaine excitation.


Du haut de ses 21 ans, la jeune Rodgers livre sa vision blasée des « dates » et de l’après dans « Funsize » avec des mots etdles pensées de la chanteuse montrent une certaine noirceur dans les relations sociales et amoureuses. Les humeurs changent comme les cycles de la vie, et c’est ce qui est volontairement retranscrit dans le disque. C’est ainsi que l’on attribue une mention spéciale pour les contrastes de « Hysterical » ainsi que pour les deux interludes, « Dirt pt1/pt2 ») qui homogénéisent l’album. Les derniers « Duck Out »et « Blowfish » seront tourmentés, et ils en feraient presque oublier les notes solaires du premier titre. Néanmoins, cette conclusion laisse rêveur. Encore une fois, la jeune femme montre une tessiture vocale et une assurance rare.
Les quarante minutes suffisent à dépasser ce que l’on attendait de Pixx. Plus intéressant et plus impactant, Small Mercies est une collection de chansons qui s’accorde avec chaque moment de la journée. Du soleil à la lune, les anglais arrivent encore à animer la musique indie.

***1/2

11 juin 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :