No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

El-P x Leonis: « I’ll Sleep When You’re Dead Remix »

Décidément Leonis n’a pas froid aux yeux ! S’il nous avait emballé l’année dernière avec son album Europa, on était en droit de s’interroger sur son nouveau projet, reprendre le chef-d’oeuvre I’ll Sleep When You’re Dead d’ EI-P, sorti en 2007 et d’en livrer une relecture complètement débridée.

Avant de chroniquer cette expérience, je me suis replongé dans l’original, histoire de me le remettre entre les oreilles et de m’en imprégner, de ressentir les vrombissements du génial MC américain, appuyé par un fond sonore rythmique aux allures de rouleau compresseur, enrobé d’urbanité suintante.

Avec I’ll Sleep WhenYou’re Dead Remix, Leonis garde la voix d EI-P et lui offre un nouvel écrin, où les tempos se fond moins lourds, gagnant en légèreté sans perdre en efficacité, pouvant même se targuer d’emmener Habeas Corpses (Draconian Love) sur des terres funky au groove lumineux.

Leonis développe sur chaque plage une approche pleine de subtilité et d’intelligence, agençant les samples avec un talent qui met le smile, transformant un classique en autre classique, jouant avec les clins d’oeil à la culture noire américaine, juxtaposant les styles, un peu de sixties italien par-ci et de groove seventies, de touches jazzy et de psychédélisme, le tout habillé de rythmiques flirtant avec une certaine tradition old-school.

Un album au travail époustouflant, qui confirme que le hip hop peut se construire en empruntant dans tous les genres sans exception, pour qui sait manier le samples avec brio, à l’image du nouvel opus de Leonis. Vital.

****

29 mai 2019 Posted by | Chroniques du Coeur | , | Laisser un commentaire

pronoun: « i’ll show you stronger »

Depuis qu’elle a publié un premier E.P. : there’s no one new around you, la popularité de pronoun est montée en flèche de manière surprenante. Alyse Vellturo de son vrai nom ,s’emploie désormais à sortir de l’ombre avec un « debut » album nommé i’ll show you stronger qui la voit vouloir confirmer les impressions initiales .

La force de pronoun est puisée entre pop de chambre, indie rock et effusions synthpop pour en faire un disque fort en caractère. Ces douze morceaux permettent de définir l’univers musical de pronoun partagé entre Alvvays, Waxahatchee et Stars mais en plus pop-rock dont le titre introductif bien nerveux nommé « you’re not trying at all » ou encore « you didn’t even make the med » et « stay ».

L’interprétation riche en émotions de la native de Brooklyn aura de quoi laisser pantois plus d’un (et je la soupçonne d’avoir trop écouté Enya ou Bjork à un point que ça en devient un peu troublant) que ce soit sur « sadie » et « some people ».

Il y en a pour tous les goûts pour i’ll show you stronger où l’on vacille entre moments bien rentre-dedans (« temporary tantrum ») d’autres plus dansants (« the pieces of you ») ou plus mélancolique (« for the story »).

Chaque morceau possède sa propre identité et pronoun sait exorciser ses maux les plus profonds par moments de façon théâtrale et, à d’autres, de menière quelque peu convenue qui n’empêcheront, toutefois, pas à ce disque de se faire remarquer pour sa singularité.

***1/2

29 mai 2019 Posted by | On peut se laisser tenter | , , | Laisser un commentaire

Paula Temple: « Edge Of Everything »

Depuis plus de deux décennies, Paula Temple enflamme les dancefloors de la planète avec ses sets furieusement rentre dedans, mais ce n’est qu’aujourd’hui qu’elle sort son premier album, Edge Of Everything.

Pas de doute, la rage est toujours là, avec ses kicks techno dévastateurs et ses synthés agressifs, bâtissant des atmosphères sombres débordant de matière organique corrosive, entrecoupées de plages ambient, histoire de se pauser et de prendre du recul.

L’artiste nous livre un album en forme de manifeste politique, musique engagée jusqu’au bout des ongles avec des titres qui en disent long sur ses motivations, conçus avec une simplicité de sons qui force le respect.

Paula Temple ne sort pas un disque pour faire de la figuration, mais pour frapper fort et faire danser nos neurones sur des rythmiques binaires qui donnent le tournis, nous faire ouvrir les yeux et les oreilles avant la dernière décharge qui menace notre humanité, à l’image du trou noir central de la pochette. Très fortement recommandé.

****

29 mai 2019 Posted by | Chroniques du Coeur | , | Laisser un commentaire

Signalstoerung: « uu »

Membre du collectif artistique Adventurous Music, Signalstoerung connu aussi sous le nom de Hendekagon, est un artiste pluridisciplinaire dont le nouvel album uu, se dit inspiré d’éléments chimiques radioactifs à la durée de vie fugace et à la puissance énorme.

Signalstoerun compose une musique aux mélodies légères et virevoltantes, appuyées par des rythmiques qui combinent intensité atmosphérique et densité palpable, qui traduisent assez bien certaines réactions chimiques, avec leurs courses folles et leurs instants de flottement.

Les titres aux allures  downtempo, ne sont pas sans évoquer parfois des ambiances dubstep alenties, délestées de leur coté urbain, enrobées d’une certaine forme de douceur. On signalera aussi, le phénoménal travail sur le son, avec ses couches diluées en arrière fond qui donnent une impression d’expérience fantomatique volontairement incontrôlée. Un album tout en minimalisme subtil et en contrastes rigoureusement équilibrés. Superbe.

***1/2

29 mai 2019 Posted by | On peut se laisser tenter | , | Laisser un commentaire