No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

@c: « Espaço, Pausa, Repetição »

L’abstraction en musique, n’est pas une inconnue dans l’oeuvre de Miguel Carvalhais et Pedro Tudela alis @c tant chaque album tire son sens de l’environnement dans lequel il se déplace, virtuellement ou réellement à travers les enceintes, créant des zones mobiles au croisement du conceptuel et de la poésie.

Conçu pour une exposition à la Faculty of Fine Arts de Porto, Espaço, Pausa, Repetição n’est qu’un rendu parmi d’autres, de par sa conception chargée de formules aléatoires et de possibilités infinies, toutes découpés en minuscules tronçons qui ressuscitent eu travers d’un florilège de contact entrelacés.

L’histoire de l’électro-acoustique et de la musique contemporaine se voient réécrites via le travail de @c, trouvant avec Espaço, Pausa, Repetição, une certaine forme de finalité radicale et irrévocable, à l’image des Dadaïstes dans l’Art, dont le point culminant est l’utilisation du mode random pour effacer toute trace passée et ne laisser au présent que le loisir de courir derrière un futur en zigzag.

***1/2

22 mai 2019 Posted by | On peut se laisser tenter | , | Laisser un commentaire

Basic Rhythm: « On The Threshold »

Alors qu’il sortait l’année dernière un album de grime intitulé Red, White & Zero, sous le pseudo de East Man, Anthoney J. Hart revient sous celui de Basic Rhythm pour laisser exploser sa créativité sans limite, du coté de dancefloors mutants avides de rythmiques trépidantes et de frénésie chaotique.

Avec On The Threshold, l’artiste semble revisiter les genres qu’il affectionne, UK garage, grime, experimental breakbeat, nous faisant replonger dans une époque où les croisements foisonnaient, donnant naissance à d’improbables métissages sans lesquels nombres de musiques actuelles n’existeraient sans doute pas.

Mais les titres composés par Basic Rhythm sur On The Threshold ne sont pas qu’un simple aller vers le passé, mais bien un album solidement ancré dans un certaine tendance actuelle, amoureuse de textures synthétiques viscérales et de compositions minimalistes au pouvoir énergisant. Un concentré de vibrations revigorantes aux sonorités so typically english qui résonnent dans chaque recoin de notre âme de danseur, jusqu’au bout de la nuit. Un opus qui parlera à tous ceux qui savent ce que le mot underground signifie.

***1/2

22 mai 2019 Posted by | On peut se laisser tenter | , | Laisser un commentaire