No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Glen Hansard: « This Wild Willing »

Glen Hansard semble traverser aujourd’hui une phase particulièrement prolifique puisque 14 mois séparent seulement son dernier disque en date, « Between Two Shores », de celui-ci. Et pourtant les deux n’ont rien à voir. Depuis le début de son aventure solo, l’Irlandais s’était peu à peu installé dans le confort d’une musique qui revenait inexorablement à ses racines irlandaises, ou d’une façon plus large à celle des musiques folk, blues, country, particulièrement mises en valeur sur son avant-dernier album.

Autant d’oeuvres de singer-songwriter qui montraient que le temps de The Frames était bien loin, et que le rock à qui il doit également beaucoup ne faisait plus tellement partie de son répertoire. Il s’en est éloigné pour y revenir, pas d’une façon frontale, mais avec toutes les subtilités de sa plume et de son chant bercé d’émotion. On ne peut qu’être surpris à la découverte du premier extrait de This Wild Willing,« I’ll Be You, Be Me », un morceau pas du tout folk, pas vraiment pop mais en apparence très calme, avec une section rythmique basse/batterie qui prenait son temps avant de laisser monter en puissance le reste du titre, grondant tel un orage. Puis il y a aura le cotonneux « Fool’s Game » qui nous laisse un peu sur notre faim car, Glen Hansard ayant décidé de bousculer ses habitudes, il lui a fallu sortir de son train-train d’un singer-songwriter.

Ceci dit, celui lui a fait du bien. Ce nouveau disque est, en effet, beaucoup plus varié, et surtout inspiré que son prédécesseur. « Don’t Settle » est un bijou habité tel qu’il n’en avait probablement plus écrit depuis « Burn The Maps » de The Frames en 2004. Il y mêle tout ce qu’il a acquis tout au long de sa carrière : guitare, piano, cuivres, arrangements de cordes, pour un résultat somptueux et prenant.

Mais l’élément le plus marquant de This Wild Willing  cc’est la présence de ses invités, des musiciens iraniens permettant ce malange où les musiques traditionnelles irlandaises et orientales se mélangent. Le résultat, en sera c’est notamment « Race To The Bottom », « The Closing Door » et « Threading Water », des titres enregistrés avec un chœur de musiciens qui comprenait deux musiciens iraniens, les frères Khoshravesh.

Le disque a été conçu à Paris et enregistré dans les studios Black Box avec David Odlum et les musiciens Joe Doyle (basse), Romy (piano, voix, arrangement des cordes) qui sont des complices de longue date, et les musiciens électroniques dublinois Deasy et Dunk Murphy (Sunken Foal). Glen Hansard a voulu mettre l’inventivité au centre de cet album. Sans se renier (« Brothers’ Keeper » est là pour nous le rappeler) il y est magnifiquement parvenu, apportant à ses chansons un nouveau souffle car s’il est un excellent interprète, ses albums avaient parfois du mal à restituer la force de ses prestations scéniques. Tout ces éléments font de « This Wild Willing » une belle exception au milieu de cette discographie désormais conséquente, et conforte encore un peu plus Glen Hansard dans son habit d’artiste authentique et passionné.

***1/2

10 mai 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :