No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Clinic: « Wheeltappers & Shunters »

Voilà plus de vingt ans que Clinic et délivre ses noirceurs enivrantes mais il aura fallu attendre sept ans pour voir naître ce huitième album ; Wheeltappers & Shunters, en référence à un obscur vieux programme télé de variété diffusé dans les années 70 en Angleterre, reprend la formule magique du groupe : douze titres, des synthés vintage et cette voix si caractéristique.
Le frontman, Ade Blackburn, déclare avoir voulu, par le biais de cet album, démystifier les 70’s et montrer qu’il pouvait aussi y avoir un côté pervers et sombre à cette époque que l’on associe souvent à la libération des mœurs et à la désinvolture. Il a sans nul doute réussi son pari.
Seulement quinze secondes dans « Laughing Cavalier » nousintrdisent dans son univers ; un son krautrock brut où le post-punk n’est jamais loin. La mélodie sera est lourde et lancinante, véhicule parfait aux atmosphères malsaines dans lequelles le combo évolue et qu’il prolonge ensuite sur « D.I.S.C.I.P.L.E. » et un « Mirage » dont la rythmique binaire est redoutable dans son efficacité.


S’ajoutera à l’album une dimension psychédélique omniprésnte par exemple sur .un « Laughing Cavalier » ou un « Rejoice ! » qui n’est pas sans évoquer Syd Barrett.
« New Equations (At The Copacabana) » concluera l’album de la plus étrange des manières avec ses bruits de machine à écrire, où la douceur côtoie l’étrangeté, où l’on avance dans un équilibre délicat.
S’il est parfois difficile de réussir à asseoir une ambiancecar les titres ne sont pas assez longs pour être pdéveloppés, Clinic y parviennent avec brio et joue avec avantage des césures qui sont autant de pauses nécessaires pour reprendre son souffle et repartir de plus bel. Leur pop noire, loin des clichés dansants, reste ancrée en tête.
Le très vampirique « Rubber Bullet » sera, à lui seul ,le parfait condensé de ce huitième album : en moins de deux minutes trente, elle marque Wheeltappers & Shunters cordeau et au fer blanc notamment grâce à son son très 70’s et malgré tout intemporel qui incite encore mieux à visiter ce freakshox suave et doucereux.

***1/2

9 mai 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :