No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Lucy Rose: « No Words Left »

Jusqu’à présent, Lucy Rose avait été audible mais n’avait pas réussi à distiller la petite dose de frisson nécessaire pour nous faire chavirer. Sur le papier tous les ingrédients semblaient réunis mais il n’était sans doute pas facile de faire partie de la même génération que Laura Marling. Chacune d’entre elles a débuté au sain d’un groupe (Bombay Bicycle Club pour Lucy Rose, Noah and the Whale pour Laura Marling), mais c’est bien la seconde qui est très vite arrivée à maturité dans le cadre d’une très prolifique et exigeante carrière solo. Cela ne voulait pas dire que Lucy Rose n’allait pas totalement se libérer à un moment donné, mais elle a sans doute plus longtemps cherché sa voie entre amour pour la musique Folk et des arrangements parfois plus Pop, notamment sur son album Work It Out sorti en 2015.

Aujourd’hui l’Anglaise est de retour avec son album le plus dépouillé. Elle se met littéralement à nu sur ce disque dont la pochette en noir et blanc sied bien à la sobriété. C’est souvent dans ce genre d’exercice que le talent d’un singer songwriter explose, et c’est le cas pour Lucy Rose. Jamais ses chansons, dans leur plus simple appareil, n’ont sonné aussi juste. Des compositions folk pleines d’émotion et une sensibilité à fleur de peau qui ne sont pas sans rappeler quelques monuments du genre tels que Joni Mitchell.

No Words Lef test le fruit de longues sessions d’enregistrement à Brighton avec le producteur Tim Bidwell (Laish, Peggy Sue…). Une guitare acoustique, un piano, des arrangements de cordes, une basse discrète et quelques cœurs habités forment ce cocktail à la fois reposant et surtout très touchant, notamment sur « The Confines Of This World », « Treat Me Like A Woman » ou « Conversation » qui ouvre l’album. Nous voilà désormais happés dans l’univers de Lucy Rose qui, avec son disque le plus personnel, fait sa véritable entrée dans la cour des prétendants au statut de grande artiste folk. Quand les mots s’effacent, reste la musique, précieuse et envoûtante.

***1/2

7 mai 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :