No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Brutus: « Nest »

Brutus est une formation originaire de Leuven en Belgique et qui donne dans un mélange de métal, de punk et de post-hardcore. C’est lourd, c’est méchant et la voix de la chanteuse et persussionniste Stefanie Mannaerts qui perce à travers les pièces forment un ensemble très intéressant pour les oreilles qui apprécient la musique lourde.

Sur Nest le groupe belge continue son évolution. Son dernier album avait retenu l’attention de bien des mélomanes dont Lars Ulrich. La formation continue de parfaire son post-hardcore qui est marqué par une certaine théâtralité dans le chant et un côté emo bien intéressant.

Le premier simple, « War », donnait déjà une idée d’où s’en allait le trio. Avec ses variations qui passent d’une trame menaçante sur laquelle Mannaerts se permet de grandes envolées vocales à des moments de noise rock poignants en passant par des riffs implacables qui vous vont vibrer l’intérieur. Pendant qu’elle est occupée à taper sur ses fûts, la jeune femme ne passe pas par quatre chemin pour nous faire comprendre ce dont elle veut nous parler: la guerre.

Le groupe est doué pour créer des bonnes mélodies musicales. La bruyante « Distance » est un bon exemple. On pourrait en dire tout autant de la cadencée « Techno » avec son gros riff de basse pansu. Stijn Vanhoegaerden et Peter Mulders sont d’excellents coéquipiers qui se complètent à merveille. Parmi les autres titres qui retiennent l’attention, « Djang »o et « Cemetary » frappent dans le mile avec une force non-négligeable.

Si on peut faire un reproche à Brutus, c’est la linéarité de son album. C’est un peu la même recette sur plusieurs chanson. Mine de rien, le fait que la chanteuse est aussi la batteuse les limites et lorsqu’elle doit chanter d’avantage, les motifs de batterie se simplifient un peu toujours et, on peut, alors rarement associer un moment d’emportement vocal à un un emportement musical.

Il n’en demeure pas moins que Nest un solide album de musique lourde. Ça fera plaisir aux fans de post-hardcore qui aiment les mélanges de genres et qui révèle en Stefanie Mannaerts, une artiste qui possède un magnétisme difficile à ignorer.

***1/2

19 avril 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :