No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Jaws: « The Ceiling »

Après Be Slowly en 2014 et Simplicity en 2016, le trio de Birmingham sort aujourd’hui son troisième album. Connor Schofield, leader du groupe, dit aimer Cure et Title Fight, et cela s’entend. Si Jaws avaient débuté dans des sphères plutôt marquées shoegaze et dream pop, le nouvel album est quant à lui très orienté new wave. Dès les premières notes du premier morceau, « Driving At Night », le ton est donné et l’on s’attend même à entendre un groupe qui va nous proposer une sorte de revival cold wave.
Certains titres de l’album ont définitivement cette coloration, comme le très bon « single » « Do You Remember? » ou « End Of The World. » Produit une nouvelle fois par Gethin Pearson, comme leur précédent album, The Ceiling est sans doute le disque le plus ambitieux du combo à ce jour.


L’album est très plaisant à écouter et développe ainsi une atmosphère prenante tout au fil des plages qui le composent. Outre les titres cités, plusieurs autres se révèlent dignes d’intérêt comme « Feel », « Fear » ou « Patience ». Ce dernier morceau avec ses échos et l’electronica qu’il distille sera un autre moment fort du disque avec « Do You Remember? ». Les parties de guitares atmosphériques sur ces morceaux sont particulièrement réussies, signe que le groupe n’a pas totalement coupé avec son amour pour le shoegaze et la dream pop.
Mais si le disque est de qualité, il possède néanmoins un défaut notable qui fait que l’on n’est au final pas tout à fait aussi enthousiaste que l’on aimerait l’être. Si on se laisse porter par les premières compositions du disque, celles qui suivent sont tellement dans la continuité de ce que l’on a entendu précédemment que l’on finit non pas par s’ennuyer mais par porter moins d’intérêt au projet au fur et à mesure qu’il avance. Il aurait fallu que le groupe trouve une dynamique à l’intérieur du disque, que certaines compositions partent vers d’autres univers.
« January », qui conclut le disque, y parviendra. Le morceau se révèle à part avec son tempo plus lent, l’utilisation de la guitare acoustique et sa rythmique qui tend vers la ballade ce qui pourrait-être un signe annonciateur du fait que cohérence encourt un danger, celui d’une uniformité qui exclut toute surprise. Il appartiendra à Jaws de trouver « médaille à ce revers ».

***1/2

17 avril 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :