No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Weyes Blood: « Titanic Rising »

Weyes Blood a été révélé au grand public avec son second album The Innocents en 2014 sur lequel il était difficile de résister tant son folk gothique était enchanteur et touchant grâce aux vocaux de sa vocaliste, Natalie Mering.

Et au fil des années, sa popularité ne cessera de croître avec son successeur Front Row Sea To Earth en 201 et son nouvel album Titanic Rising va s’employer à capitaliser sur ce retentissement

Pour continuer dans son ascension, l’ex-membre de Jackie O Motherfucker troque sa folk gothique lyrique dans laquelle elle excellait sans équivoque pour des influences plus baroques tout en restant coincé dans des décennies antérieures sans tomber dans le passéisme. Au final, ce relifting musical lui va comme un gant et on reste charmé par son interprétation dramatique sur des morceaux rétro d’envergure comme les introductives « A Lot’s Gonna Change » suivie d’ »Andromeda ».

Sur Titanic Rising qu’elle a co-produit aux côtés de Jonathan Rado, Weyes Blood a choisi d’explorer ses années d’ado rebelle issue d’une famille religieuse et d’y jeter un regard détaché avec des titres aussi bien enlevé que « Everyday » qu’orchestrés comme sur la beauté désarmante de « Something To Believe » ou, celle, atmosphérique et aquatique de « Movies ». On plonge dans ses souvenirs d’enfance avec sa voix jouant toujours avec la dramaturgie et gérant toujours aussi bien les octaves tant elle imagine un monde qui s’effondre tel un Titanic sur « Mirror Forever » et « Wild Time » rappelant ses premiers albums.

Se clôturant sur une instrumentale orchestrale des plus alarmantes nommée « Nearer To Thee », Weyes Blood met la barre encore plus haute avec un Titanic Rising qui est notable pour ses arrangements symphoniques basiques mais sophistiquées. Ajoutez cela à une interprétation des plus somptueuses et des influences virevoltant entre pop baroque des années 1970, Chicago et Alan Parsons Project, vous obtiendrez une oeuvre taillée sur mesure et d’où il est tout simplement impossible, pour notre propre bien-être, de remonter à la surface.

***1/2

10 avril 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :