No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Bill MacKay: « Fountain Fire »

Pour les moins affranchis d’entre vous, il convient de savaoir que Bill MacKay est un ni plus ni moins qu’un « guitar-hero « sur la scène folk instrumentale. En effet, le musicien natif de Chicago sait maîtriser sa six cordes comme personne comme l’atteste son premier album Esker paru en 2017. Ses prouesses guitaristiques lui ont valu un disque collaboratif avec un autre musicien ingénieux nommé Ryley Walker nommé SpiderBeetleBee et le voici de retour avec Fountain Fire.

On ne peut refuser d’entrer dans l’univers à la fois mystique et voyageur de Bill MacKay ; avec sa six-cordes, lous sommes accueillis surles pistes planantes comme « Pre-California », « The Movie House » ou bien même « Man & His Panic ». Armé de sa six cordes, tantôt acoustique tantôt électrique, il laisse d’autres instruments respirer et nous donner, par exemple, une ensation de traverser des contrées désertiques comme sur « Welcome ».

La plupart du temps, son interprétation fantomatique surgit sur des titres plus emballants que sont « Birds of May » et « Try It On » mais c’est plus souvent avec son instrument de prédilection qu’il arrive à nous hypnotiser. Que ce soit en fingerpicking ou en faisant parler ses distorsions de guitare venues d’ailleurs (« Arcadia »), Bill MacKay nous démontre qu’il est un maître dans son domaine avec un Fountain Fire qui en est la preuve concrète.

****

28 mars 2019 Posted by | Chroniques du Coeur | | Laisser un commentaire

Mini Dresses: « Heaven Sent »

Mini Dresses avait connu un mini duccès d’estime avac son premier album mais cela n’a pa refroidi les ce trio de Boston de tenter, sur cette récidive, de se ré-insérer dans la scène

Avec Heaven Sent et, une fois de plus, une approche DIY, Mini Dresses continue de nous offrir un parfait condensé de dream-pop et de bedroom-pop à travers des morceaux aussi bien fantasmagoriques qu’implacables.

À nouveau, la somptueuse voix de Lira Mondal ira habiller les textures onctueuses de « I’d Notice » à « Good Eye » en passant par le tentaculaire « Rank & File » ou bien même les rythmes entêtants de « Dark One » rappelant quelque peu Mac DeMarco.

Avec toujours cet esthétique lo-fi qui baigne sur « Open Mind » et sur les airs post-punk de « Once Or Twice », Mini Dresses continue de nous charmer de la plus belle des manières sur un Heaven Sent qui porte plutôt bien son nom ; celui de la bedroom-pop onirique venue du ciel et à deux doigts de nous installer sur un petit nuage.

***

28 mars 2019 Posted by | On peut se laisser tenter | , | Laisser un commentaire

These New Puritans: « Inside The Rose »

These New Puritans avaient frappé un grande coup avec leur troisième album Field of Reeds, sans conteste, leur plus belle création musicale à ce jour. Le groupe art-rock britannique composé des frères jumeaux Jack et George Bennett était au sommet de leur art avec compositions cinématographiques et élégantes. Cinq années et demi se sont écoulées et les voici de retour avec Inside The Rose.

Il aura fallu plusieurs années donc pour mettre en boîte cette inspiration tant recherchée et de le faire sous de bonnes conditions ; celle qui permettent d’écouter un disque avace l’attention qui lui est due.

These New Puritans frappent fort dès les premières notes du somptueux mais funeste « Infinity Vibraphones » qui nous ensorcelle pendant 6 minutes avec son ambiance goth des années 1980 suivi d’un hypnotique « Anti-Gravity ».

Il ne fait aucun doute que les frères Bennett sont de nouveau itayés sur un climat de bande-son que ce soit sur des ambiances à la fois impressionnistes et baroques qu’habillent les titres classieux des synthés percussifs de « Beyond Black Suns » ou avec un intense « Where The Trees Are On Fire » frôlant la darkwave. Une pointe de Hans Zimmer est à souligner sur l’audacieux « A-R-P » tant These New Puritans ont l’air de chasser les nuages gris qui les entourent afin de ne voir qu’éclaircies et de meilleurs présages.

S’achevant sur les allures ambient de « Six », These New Puritans n’ont peut-être pas donné le chef-d’oeuvre qu’il était en droit d’attendre avec Field of Reeds mais le duo britannique sait tenir en haleine son auditeur à travers neuf compositions classieuses et majestueuses.

***1/2

 

28 mars 2019 Posted by | On peut se laisser tenter | , , | Laisser un commentaire