No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

The Coathangers: « The Devil You Know »

Lorsque Death Valley Girls n’est pas là, ce sont The Coathangers qui dansent. C’est chacun son tour, on va dire. Le trio d’Atlanta n’avait pas donné signe de vie depuis leur cinquième disque intitulé Nosebleed Weekend qui a fait saigner du nez pas mal de monde ; est-on prêt à prendre un autre uppercut musical en leur compagnie ? Leur successeur pugiliste nommé The Devil You Know apporte une réponse.

Une fois n’est pas coutume, on refait connaissance avec la hargne et la bonne énergie qui caractérise The Coathangers. Leur mission est de distribuer des plans surs partout où elles passent et c’est ce qu’elles tentent de faire à travers des brûlots garage-punk hargneux de « 5 Farms » et du menaçant « Crimson Telephone » qui suit juste après. Une fois de plus, le tandem vocal composé de Julia Kugel plus doux et de Stephanie Luke plus rugueux fait son effet tandis que leur style musical bien rentre-dedans leur va à ravir sur des brûlots comme « Step Back », « Stranger Danger » aux allures de L7 et autres « Memories » à la ligne de basse irrésistible.

Pourtant, plus on s’intéresse à The Devil You Know, plus on se rend compte que l’heure n’est pas tout à fait à la fête, bien au contraire. A côté des morceaux poppy comme « Bimbo », The Coathangers signe ici leur disque le plus engagé de leur discographie et il n’y a qu’à écouter « Hey Buddy » qui critique les donneurs de leçon et les architectes de la bonne pensée poltiquement correcte pour s’en apercevoir. Le titre le plus fort du disque restera tout de même l’attaque vicieuse nommée « F The NRA » qui fustige à tout và la politique des armes à feu aux Etats-Unis et les bavures qui y engendrent et c’est dire qu’elles n’y vont pas de main morte.

S’achevant sur l’étrangement doux « Lithium », The Coathangers dévoile une facette plus pop et plus politique. Les trois jeunes femmess d’Atlanta continuent de balancer leurs revendications comme un cocktail molotov sur la face de l’Amérique sans tomber dans les clichés du riot grrl pour autant. Un sixième disque efficace en diable.

***1/2

14 mars 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :