No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Adam French: « The Back Foot And The Rapture »

Chanteur et songwriter venu du South London, Adam French se lance avec un premier effort touchant et traversé de très belles mélodies. En écoutant quelques compos d’Adam French, on se dit qu’on est encore en présence d’un énième songwriter qui, guitare à la main, nous conte des histoires intemporelles plantées sur des jolies et douces mélodies déjà entendues des centaines de fois. Et pourtant, on s’étonne à leur trouver toujours quelque chose de différent, une sensibilité particulière, un sens de la mélodie. A 8 ans, Adam French reçoit sa première guitare. Passionné de musique, il va d’abord se faire les dents avec quelques uns de ses pairs, tournant dans quelques villes. Le style est radicalement différent : avec des amis, c’est plus des sons de l’ordre de Nirvana ou Queens of Stone Age qui sortent sur scène.

Et le voilà aujourd’hui, avec un folk doucereux, compilation de tribulations et d’expériences diverses, doublé d’un certain sens de la poésie et de la mélodie. Dès le premier titre, « Weightless », on croit entendre James Bay. Et le morceau est beau, très touchant. Sur ce premier album, Adam French laisse parler sa sensibilité, sa vulnérabilité. Avec « The Only Living Thing », il évoquera l’importance d’avoir un autre être à ses côtés tout en faisant allusion à des sujets comme les troubles mentaux ou la solitude et « My Addiction » le verra parler d’amour avec une sincérité désarmante.

A la manière d’un Tom Odell ou Ed Sheeran à ses débuts, Adam French sert des mélodies enivrantes sur des textes à la première personne. Quand bien même c’est imparfait, le jeune homme assume, reprenant dans son album de vieux titres comme « More to Life » et « Ivory » qu’il avait sortis cinq ans plus tôt. Seul le titre « Coco » fera, ici, office de nouveauté, offrant ici un refrain entêtant sur une rythmique un peu plus dansante.

Epaulé par l’expérience en la matière de Richard Cooper (producteur et mixeur à qui on doit le Wrong Crowd de Tom Odell ou Curve of the Earth de Mystery Jets), Adam French prend des risques, autant dans la manière (« Weightless » qui a été enregistré live et en une prise), les sonorités rxpérimentales (« You From The Rest » qui lorgne vers du Radiohead) ou dans les textes (le percutant « Wanna Be Here »). Il laisse également parler le charme guitare-voix sur un très beau « The Rat » (reprise de The Walkmen) ,accompagnétd’un violoncelle discret.

Entier et sincère, ce premier essai est une jolie réussite pour un artiste ayant une soif de grandir et d’apprendre et capable d’aller plus loin que son territoire londonien.

***1/2

12 mars 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :