No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Stephen Vitiello & Taylor Deupree: « Fridman Variations »

Dans la grande lignée des sorties du label indépendant 12k, voici que nous arrive un nouveau disque qui est à la fois la retranscription d’un concert un peu exceptionnel (car donné dans une galerie d’art new-yorkaise) et une sortie collaborative entre le gérant du label et l’un de ses artistes. Au reste, ce n’est pas la première fois que les deux hommes proposent un album commun, Stephen Vitiello (le second nommé) étant même très familier de ces disques en coopération, en témoignent les cinq parutions déjà recensées sur ces pages, toutes avec des musiciens différents.

Ici, donc, c’est avec Taylor Deupree qu’il opère, pour un travail en bonne partie improvisée, ce qui n’est guère une surprise compte tenu du registre ambient dans lequel les deux interviennent, à base de nappes de guitare et de synthé, parcourues de quelques triturations électroniques ou micro-tapotements rythmiques. Placé dans un lieu qui accueille aussi bien des plasticiens contemporains que des concerts, notamment dans le cadre du New Ear Festival, donné chaque début d’année, le live considéré s’étend sur une petite vingtaine de minutes et occupe la face A de cette publication vinyle.

Comme souvent avec ce type de travail, l’auditeur est invité à découvrir les entrées et sorties successives des différentes composantes, à apprécier les tonalités lumineuses, caractéristiques des musiciens signés chez 12k, à se laisser bercer par l’atmosphère minimaliste de l’ensemble qui, même lorsqu’il gagne en densité sur la fin du titre conserve une tenue certaine.

La face B, aux intitulés programmatiques, se constitue de deux variations, parties des mêmes matériaux que le live, comme si Deupree & Vitiello avaient voulu, par cette inscription physique, prolonger leur concert. Peut-être moins évolutif et prenant que le morceau principal (il faut dire qu’ils ne font que, respectivement, dix et six minutes), les deux titres de cette face B agissent toutefois comme d’intéressants prolongements. Privilégiant tantôt des petites notes assez claires, tantôt des fourmillements synthétiques plus chargés, ces deux morceaux forment ainsi un beau témoignage des qualités de leurs auteurs.

***1/2

1 mars 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :