No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Lip Talk: « D A Y S »

La Brooklynoise Lip Talk avait sorti un premier album qui était le projet solo de Sarah K. Pedinotti. Il est bien possible que cela n’évoque rien ; par contre, les groupes avec lesquels elle a collaboré devraient susciter l’attention  : Okkervil Rive et The Secret Machines. La jeune femme a aussi mené une formation de pop alternative nommée Railbird en plus d’écrire pour Cuddle Magic.

Sa polyvalence dans ses projets se reflète ici sur son premier album solo, D A Y S. On y retrouve de l’électro-pop avec un traitement de la voix qui rappelle les formations lo-fi. À certains moments, on croirait entendre Hundred Water ou Grouper en moins minimaliste. Alternant entre les esthétiques sonores, Lip Talk propose ici un opus qui mérite qu’on s’y attarde.

Le premier »single » de l’album, « All this Light » montrait une certaine vulnérabilité qui finissait par s’emporter. C’est ce qui se produit à plusieurs reprises puisque Pedinotti se plaît à changer les rythmes à de nombreuses reprises. Elle passe d’une trame viscérale et appliquée à des moments atmosphériques dépouillés. « Lemon Drop » est un autre bon exemple de sa capacité à composer des chansons à la progression d’accords efficace. En plus, elle y appose une mélodie vocale tout à fait respectable.

Lip Talk se permet aussi de s’aventurer dans des eaux un peu plus expérimentales avec « After All » qui commence sur une trame électronique où les sonorités sont nuancées et multiples. Puis, au refrain, ça part en vrille avec un riff de guitare très présent. Ça ne détonne pas par contre, puisqu’elle est un peu toujours bruyante. À certains moments, c’est sa qualité pour les mélodies vocales intéressantes qui est mise de l’avant, comme le démontre habilement la courte chanson-titre de l’album ou encore « Fuk It U »p.

Le principal défaut de D A Y S est le sentiment qu’elle y fourre-tout ce qu’elle avait envie de faire sans nécessairement réfléchir à la pertinence entre eux de ces essais. C’est loin d’être raté, mais ça manque parfois un peu de direction pour nous emporter pour de bon. Il y a d’un côté des compositions franchement plus marginales et de l’autre, une électro-pop mélodieuse et audacieuse. La relation entre les deux types de chansons n’est pas assez bien tissée pour qu’on y sente une osmose réelle.

Ce premier record de Lip Talk démontre le talent de compositrice de Sarah K. Pedinotti et permet de promettre un bel avenir pour son projet solo qui, malgré les quelques faiblesses, mérite l’attention des fans de Hundred Waters et autres groupes du genre.

***

22 février 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :