No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Andy Burrows: « Reasons To Stay Alive »

Depuis qu’il a quitté Razorlight, Andy Burrows a opéré un retour vers une pop plus commerciale. Sur son nouvel album, il s’est adjoint la collaboration de l’auteur de best sellers Matt Haigs pour mettre en musique le roman éponyme que ce dernier a publié ce dernier sur sa dépression et son chemin pour s’en sortir. Au-delà de son titre révélateur, Reasons To Stay Alive en est donc la résultante
Premier constat : l’exercice ne semble jamais forcé. Les paroles ont été parfaitement adaptées pour que la prose épouse à merveille les compositions. Côté thématique ;, la rédemption, sujet toujours riche en saisissements demeure toujours au cœur des propos. Entre éloge à la femme salvatrice (« Hero »), récit d’une journée où l’on se sent bien tout simplement (« Lucky Song ») ou raisons de lutter contre la dépression (la chanson-titre) on suivra le patient Matt Haig au travers des différentes étapes de sa guérison comme s’il s’agissait d’un road album passionnel.
Musicalement, on restera en territoire britannique ; on passera sous silence les références à Elton John ou Robbie Williams et on insistera sur les Beatles et Paul McCartney comme pouroyeurs les plus évidents ét réjouissants. Les lignes de basse vrombissent, les pianos s’épandent en belles balades, quelques éparses touches plus modernes viennent réveiller les arrangements. Nous avons ici affaire à un travail artisanal on ne peut plus méticuleux.

Au rayon réussites, citons les guitares slide et le piano sautillant d’un « A Different Game » qui n’aurait pas déparé des entregistrements faits à Abbey Road et, dans un registre aussi proche, « Handle With Care » une très belle pop song à la mélodie intemporelle et dont les réponses chant / contrechant finales se révèlent d’une redoutable efficacité.

Au niveau des surprises, on retiendra « How To Stop Time », ballade ciselée aux orchestrations ambitieuses et le groove quasi hip-hop de « Reasons To Stay Alive ».

Au chapitre des la surconsommation on se gardera du « single » « Barcelona » un peu trop emmitouflé dans la saccharine tout comme « The Story Of Me » : un regard qui se tourne plus vers la variété qu’en direction de la pop et, une oreille pointée vers le grandoloquent et l’ampoulé.

Reasons To Stay Alive est un album honorable, qurtout quand il s’inspire de ce que la pop peut réserver de titres racés. Avec une production un peu moins soignée, bref un tropisme plutôt Lennon que McCartney, il aurait pu être un très bel exemple de ce que les Fab Four auraient pu générer.

***

8 février 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :