No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Joe Jackson: « Fool »

A 64 ans, Joe Jackson reste toujours une énigme. Pianiste émérite, propulsé petit prince de la New Wave grâce à son incontournable album de 1982 Night And Day, Joe Jackson n’a cessé au fil des ans d’exprimer ses talents de mélomane. Tous les genres musicaux sont enregistrés, pétris, mâchés en vue d’obtenirsa propre palette. Ainsi en 2012, l’Anglais a refusé de s’enfermer dans la camisole de la reprise sur un album hommage à Duke Ellington et a fait évoluer la musique du jazzman au gré des vents. En 2019, alors que l’artiste affiche 40 années de musique à son compteur, la sortie d’un nouvel album est un secret de Polichinelle. Sur la pochette du single, « Friend Better », le pianiste se couvre l´œil avec une carte de tarot représentant le fou. Ce fou qui donne son nom à l’album est la seule carte sans numéro du jeu de tarot, comme si chanteur voulait nous dire qu’il n’est pas un numéro mais un homme libre et qu’il peut se rendre où ses vœux l’appellent.
Fool ne s´embarrassera pas d’auto-célébrations et pitreries mégalomanes. Ecouter un album de Joe Jackson, c’est accepter l’itinéraire qu’il a décidé de nous faire emprunter.

« Fabulously Absolute » sera un petit rock contaminé par un phrasé punk et le titre éponyme vous fera enter dans le jeu d’un Joe Jacskson décochant ses flèches à tout venant à savoir un chant d’abord agressivement monstrueux puis radouci sur les refrains proches d’un air traditionnel et aventurée vers d’autres contrées, avec des sonorités indiennes qui permettront de lancer une longue jam jazzy où piano et basse s’imposeront.

Moins sophistiqué mais tout aussi efficace, le nouveau single, « Friend Better’»est une petite perle rock sertie sur un écrin d’orgue, accompagnée à la guitare et dotée d’un refrain d’anthologie fédérateur. Enfin, « Big Black Cloud » avec ses pianos calibrés et redoutables en diable nous fait penser que Joe Jackson est un musicien émérite en ce qui concerne la mélodie pop qui tue.
La voix claire et juvénile n’a pas, non plus, été écorchée par les affres du temps et nous guide à travers des paysages mélancoliques nimbés de brouillard. « 32 Kisses » metta en valeurle timbree chaud et réconfortant du chanteur et la ballade pop « Dave’ » lui permetta de s’emparer d’une comptine à la façon des Beatles. Ce parcours s’achèvera sur un contemplatif et pastoral « Alchemy » faisnt résonner ses notes comme un point d’orgue avant que le silence ne s’installe.

Joe Jackson nous a préparé un album sur mesure dans lequel son excentricité ne connait pas la crise de la quarantaine et où son pouvoir magnétique se montre toujours aussi redoutable dans son excellence. Carton plein et dix de der !

****

4 février 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :