No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Vera Sola: « Shades »

Poétesse, multi instrumentaliste et chanteuse… on découvre l’univers mystérieux et la « vision sauvage » de cette new-yorkaise habitée. Shades est une première œuvre, un premier essai. Et donc pour nous l’occasion de faire connaissance avec une auteure que l’on découvre totalement. La sphère visuelle et musicale de l’artiste Sola est difficile à cerner et teintée d’un voile de mystère. L’Américaine baigne dans un étrange halo. Vera Sola est son nom de scène. Aykroyd est son patronyme mais l’univers intérieur de Vera Sola semble introspectif et insaisissable. Vera a beaucoup patienté avant de se jeter dans le grand bain, elle a d’abord abondamment tourné avec le songwriter et chanteur américain Elvis Perkins. Sa palette artistique est étendue – actrice, poétesse (elle a étudié la poésie et la littérature (russe avant tout), elle maîtrise le chant, joue de la basse, de l’harmonium et du piano.

Sola aurait pu, dans un autre monde, cotôyer le tout Hollywood car Shades ressemble à s’y méprendre à la bande originale d’un nouveau film noir et mystique réalisé et mise en scène par le maître du haut château David Lynch. Tout y concourt, de la pochette, très Eraserhead avec le spectre inquiétant et difforme de la chanteuse tapi dans le recoin d’une cuisine délabrée jusqu’au climat sonore bien noir et obsédant développé tout au long de cet opus. Ce premier LP abrite un univers chimérique. Les compositions de Sola que l’on qualifiera de folk gothique atmosphérique et western peuvent passer dans l’instant de la lumière à l’ombre, quelques accords angéliques se transforment bien vite en mélopées hallucinatoires, le ressenti  est accentué par le timbre de voix puissant de Sola. L’enregistrement supervisé par l’ingénieur du son David Beeman s’est pourtant déroulé dans le cosy Native Sound Studio de St. Louis, situé dans le Missouri, état du Midwest des États-Unis bien loin des grandes métropoles. De 40 ébauches de chansons Sola n’en sélectionnera que quinze. L’unité de ses compositions au final s’avère remarquable.

La compositrice-auteure et interprète Vera Sola a tout contrôlé sur un Shades qui est comme son ombre ; l’enregistrement et la production (point de musiciens non plus à priori), c’est un fait notable à porter à son crédit. Chaque composition est un récit sépulcral et noir que l’on imagine prendre racine dans l’Amérique profonde et sauvage, toutes ces chansons pourraient illustrer à merveille quelques légendes et mythes. La production, cinématographique, sied parfaitement aux performances vocales habitées de Sola. Quelques gris-gris musicaux (marteaux, chaînes, mâchoire d’âne, sabots de chèvre, coups de feu, bris de verre, os) ont été ajoutés et mixés aux compositions. La basse bien présente tient le rôle de métronome. Chacune des dix mélodies auraient une singulière histoire à raconter, on s’en tiendra pourtant aujourd’hui à la musique.

L’angélique et mélancolique « Virgil’s Flowers » ouvre ce bal intimiste et expressif. On passe ensuite par différents états : western et flamenco (« The Colony »), lynchien (« Small Minds »), magnétique et angoissant (« Circles ») – ce titre nous évoque fortement Siouxsie Sioux et ses Creatures -, épuré (« For ») où l’atmosphère est bien ténébreuse et le chant de Sola plus sombre que jamais ou doux et apaisé (« Black Rhino Enterprises »). Les climats musicaux sont tous très chargés en émotion. « Loving, Loving » est peut-être le titre le plus intimiste de tous, un sobre constat sur un amour éteint, les chaines sont brisées le chagrin se propage alors inexorablement. « The Cage » lui n’est entravé par aucun barreau, cette ballade noire et rock est dominée par le chant prenant de l’américaine. La fin du voyage sera aussi habitée que précédemment : le minimal « De Mothlight » est joué en trompe l’œil, la tension est palpable mais le tempo ne s’emballe jamais – on y croit pourtant à chaque seconde – puis tout prend fin sur « New Nights », une composition qui finit par imploser (le rythme et la performance vocale sont alors à leur apogée) malgré un accompagnement minimal au piano.
Les ombres, les fantômes, les esprits porteurs de messages c’est tout l’univers nocturne de Shades. C’est aussi comme le déclare la new-yorkaise l’empreinte laissée par une personne qui n’est plus physiquement à l’endroit où vous êtes mais qui vous obsède ou vous hante. Sur Shades l’esprit est plus que là !

****1/2

30 janvier 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :