No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

The Gentlemen Losers: « Make We Here Our Camp Of Winter »

La musique des frères Kuukka, Samu et Ville alias The Gentlemen Losers, invite à la rêverie, à l’abandon, au « lâcher prise », à ce qui va effleurer à la surface de notre intimité. Les Finlandais nous emmènent enfin de nouveau en voyage avec un quatrième album Make We Here Our Camp Of Winter composé au fil de l’été dernier, dans un chalet au bord d’un lac du sud de la Finlande..

On sent, à l’écoute, qu’ils ont, en effet, laissé l’inspiration dériver à son gré, sans destination prédéterminée, au contraire de leur Permanently Midnight qui leur avait pris des années. Peut-être est-ce, d’ailleurs, cette longue gestation initiale qui permet aujourd’hui à leur, et notre, imagination de faire le reste.

Ces huit nouvelles compositions de The Gentleman Losers n’ont, ici, que faire des limites. Ce faisant, elles s’affranchissent des limites, transgressent les frontières et s’immiscent dans les pensées. Les mélodies flottantes bercent l’auditeur, pour peu qu’il accepte d’oublier son environnement, son quotidien, sa pudeur chétive. Un motif de guitare ondulant se reflète dans un miroir de glace de synthétiseurs analogiques, une ligne de basse vibrante se mêle à un beat électronique hypnotique. Mélangeant des équipements vintage à une production moderne, le duo parvient à jouer ainsi sur les ambiances, les éléments se faisant doucereux ou glaciaux. On entend aussi une voix sur « Fish Roam In Winter Water », mais ces mots égrenés de façon mécanique incitent vite à s’éloigner de l’humanité. Petits sommets de cet album qui offre un paysage de douces collines, « Kingdom Of The Wind » est une petite merveille digne de Labradford, alors que « Book Of Leaves » évoquera Lanterna ou Scenic, au comble de la tourmente.

Il y a bien peu de chance que la musique de The Gentleman Losers se fasse entendre dans le tumulte général. Pourtant, elle a indéniablement des vertus méditatives et, en même temps, vertigineuses qui pourraient nous ramener à ce discernement qui est aussi porteur d’exaltation.

****

28 janvier 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :