No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Aevangelist: « Matricide in the Temple of Omega »

Aevangelist est un duo s’y connaît pour ce qui est de faire fuir le quidam et de produire une musique entre death, black et post metal, avec juste ce qu’il faut d’indus, d’ambiant et beaucoup de chaos. Matricide in the Temple of Omega ne s’adresse pourtant pas aux fans de black, de death, de musique per se. Est avant tout un signal lancé à ceux dont l’équilibre personnel passe par une glorification de la douleur morale, par des passages de conscience alternée, par un peu plus qu’un rapide coup d’oeil du côté sombre de sa psyché.

S’infliger ce disque est un choix ; que l’on croît en avoir besoin ou qu’on pense le mériter. Le binôme n’a pas son pareil pour, sur ses long titres, vous amener ux confins de l’aliénation et aux portes de la folie. Écouter ce disque se doit d’être fait en connaissance de cause ; chose comprise, il ne reste plus qu’a l’assumer.. dans les tympans et dans l’esprit.

***1/2

27 janvier 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Deth Crux: « Mutant Flesh »

Deth Crux est un combo de Los Angeles qui mélange habilement et allègrement rock gothique, dark wave et rock indé tendance shoegaze. Ambiance cauchemardesque, froideur, énergie et distance sont au programme des 10 titres injectés dans un premier opus qui a pour but de laisser des traces. Bien sûr, certains titres sont bien plus typés que d’autres, et il faudra passer au-dessus des synthés eighties, du chant profond, que ce soit côté grave ou déclamatoire, du saxo un peu trop envahissant.

Pour entrer dans les ambitions du groupe, tout çela est contrebalancé par une énergie punk, par une production ample et claire, et des chansons dont le côté direct et sauvage les aide à s’insinuer là où peut se situer notre appétence musicale.

On pensera donc à un mélange de Sisters Of Mercy, mâtiné d’un petit Bauhaus et d’un gothic punk plus récent. À partir de ces déclarations d’intention Mutant Flesh n’exaucera pas tous nos souhaits, mais restera une pas trop mauvaise entrée en matière dans le genre revendiqué.

**1/2

27 janvier 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire