No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Sharon Van Etten: « Remind Me Tomorrow »

Depuis 10 ans l’auteure-compositrice-interprète Sharon Van Etten s’efforce constamment de peaufiner son art. Après deux premiers albums assez anonymes, mais appréciés de la critique (Because I Was in Love et Epic), l’Américaine nous gratifiait de l’excellent Tramp (2012), un disque aux allures folk rock, réalisé par Bryce Dessner (The National). Ce sera avec l’émouvant Are We There en 2014 que Van Etten confirmera son talent avant, aujourd’hui, de lancer son cinquième album studio :Remind Me Tomorrow.

Il s’agit d’une création écrite et composée pendant qu’elle était enceinte de son premier enfant ce qui lui fait prendre en compte son rôle de femme, mère, actrice et chanteuse et assumer toutes les passions inhérentes. Dotée, en outre, d’un diplôme de psychologie, Van Etten n’a pas souhaité chapeauter sa réalisation mais déléguer le travail à une oreille extérieure qui pourrait lui faire modifier son modus operandi. Elle a donc remis la réalisation entre les mains du réputé musicien, producteur et ingénieur de son, John Congleton (St. Vincent, Swans, Angel Olsen) et a également confié les versions démos de ses nouvelles chansons à Congleton pour, qu’ensemble, ils puissent retravailler les arrangements et, de manière à faciliter cette démarche inédite pour elle, aucune partie de guitare be serait au programme.

Après avoir écouté les créations référentielles des formations Suicide et Portishead, ainsi que Skeleton Tree de Nick Cave, Van Etten a plongé corps et âme dans un univers en toc, aux ascendants parfois gothiques… et ce changement de paradigme est totalement réussi. Orgue, piano, synthés, harmonium passé dans le tordeur de la distorsion, boîtes à rythmes, tout sur ce disque est synthétique, et pourtant, l’émotion est au rendez-vous. Qui plus est, il n’y a aucun racolage et aucune chanson faisant office de remplissage, malgré la facture légèrement plus pop qui distingue cette production.

Parmi les bons coups ? L’électro-pop « Comeback Kid, » la poignante « Jupiter 4 », le plus Springsteen que Springsteen « Seventeen », les synthés dissonants dans « Hands », l’orgue dans « Your Shadow » ainsi que la conclusive « Stay ».Malgré unei ntroduction moins saisissante (« I Told You Everything », « No One’s Easy to Love » et « Memorial Day) », le disque prendra sérieusement son envol à partir de « Comeback Kid » pour ne plus redescendre.

Si Are We There plébiscitait Sharon Van Etten comme interprète hors pair,  Remind Me Tomorrow confirm, qu’en étant capable de se remettre en question et de se transformer avec autant de pertinence, sa carrière est devant elle, peut-être même la carrière d’une grande artiste en devenir.

****

19 janvier 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :