No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Dean Wareham Vs. Cheval Sombre: « Dean Wareham Vs. Cheval Sombre »

Bien que Luna soit réactivé depuis maintenant 2014, Dean Wareham n’entend pas pour autant se consacrer entièrement à son second amour de jeunesse ; après Galaxie 500. Le chanteur et guitariste s’autorise une excursion en collaboration avec le songwriter new yorkais Chris Porpora alias Cheval Sombre. Intitulé de circonstance Dean Wareham Vs. Cheval Sombre, l’album contient dix reprises country/folk, réparties équitablement au chant et, tel qu’il est décrit par les deux intéressés comme un  : «  western sous thème dream pop » .

L’ex Galaxie 500 maîtrise parfaitement l’exercice de la reprise, qu’il pratique régulièrement depuis 30 ans, et toujours avec un goût certain.On est donc peu surpris de la sélection proposée sur papier : une rareté bien sentie de Dylan, une pépite desperado de Townes Van Zandt, le classique outlaw « Wayfaring stranger » choyé de cordes, et puis des pépites country méconnues notamment « If I Could Only Fly » de Blaze Foley (1949-1989), transformé en hit US par Merle Haggard dans les années 2000.

Pour embellir cet écrin, Wareham a sollicité Jason Quever de Papercuts (un proche de Devendra Banhart et Cass McCombs), avec qui il avait travaillé sur A Sentimental Education et dont le savoir-faire en matière d’ornementation réverbérée figure parmi ce qui se fait de mieux dans le giron indépendant. Signalons le renfort dans cette chevauchée de la muse Britta Phillips (Luna, Dean & Britta), ainsi que Anthony LaMarca (The War on Drugs) et Will Halsey (Sugarcandy Mountain). Toutes sont imprégnées d’une atmosphère cotonneuse, un imaginaire émanant des phrasés crooners façon cow-boy de Lee Hazlewood et bien sûr les clins d’oeil spaghetti au maestro Ennio Morricone.

Par ailleurs, au-delà des titres susmentionnés, l’aspect le plus intéressant du disque concerne les chansons tirées de westerns hollywoodiens, sélectionnées avec le bagout légendaire de Wareham. Tel ce « Wand’rin’ Star », tiré du film La Kermesse de l’Ouest ou encore « My Rifle, My Pony and Me” originellement interprété par Dean Martin et Ricky Nelson dans le classique Rio Bravo. Ces deux titres sont interprétés par Weeham,qui se les réapproprie en une magnifique comptine rêveuse et lancinante.

Wareham et Sombre se partagent donc le micro tout au long de ces dix titres. Si les murmures du dernier manquent parfois de caractère, ils nous convaincront sur le final crépusculaire « Grand Canyon » de Stephen Merritt et finiront par nous laisser embarquer sans la moindre résistance dans cette séduisante chevauchée sauvage.

***1/2

19 janvier 2019 - Posted by | On peut faire l'impasse | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :