No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Aidan Moffat & RM Hubbert: « Ghost Stories for Christmas »

Aidan Moffat & RM Hubbert nous sortent ici un album traditionnel pour la saison mais lui donnent un visage qui va à revers de l’imagerie traditionnelle de Noël.. Ghost stories for Christmas tourne autour de Noël sans jamais vraiment s’y abandonner. Dans une approche dickensienne, Moffat n’en retient pas tant le bonheur et la liesse que l’idée d’un espoir résiduel qui viendrait rattraper une situation mal embarquée. Son Noël est loin d’être pessimiste mais s’organise néanmoins autour de situations, majoritairement solitaires, où les maîtresses ont déserté, où l’on vieillit (« Such Shall You Be ») et l’on se languit de retrouver les siens (« Only You »).

Ce n’est pas pour autant que l’esprit de Noël n’est pas là, porté par la voix apaisée, et en mode narratif d’un Moffat chaleureux comme jamais et par le piano aérien et élégant de RM Hubbert.  L’album démarre par le son de clochettes magiques qui introduisent la narration de la très jolie chanson-titre, d’un conte gothique où, dans une maison abandonnée, une femme se lamente de l’absence de son amant, en se remémorant leur temps ensemble. On ne saura pas ce qui lui est arrivé mais sans doute est-il mort. La chanson s’achève dans un lamento tragique où la jeune femme l’appelle à elle en vain. « Lonely This Christmas, » une reprise du groupe glam anglais Mud est un slow ralenti à l’extrême, battu par une rythmique lourde et mécanique, où c’est, cette fois, un protagoniste masculin qui passe Noël en solitaire après avoir été quitté. La danse est macabre, maladroite et exécutée en solo, l’homme claudiquant, à chaque mouvement, sur l’absence de quelqu’un en face de lui. Cette « cover » est sans conteste le sommet du disque.

« Only You », autre reprise, de Yazoo cette fois, est exécutée avec respect et délicatesse mais on préfère de beaucoup le somptueux « Weihnachstsstimmung » où Moffat fera chanter les anges. « Nous n’avons pas besoin d’hommes savants ou de vierges », chantent-ils tandis que l’homme reprend leurs préceptes à son compte pour se tourner vers demain. Plus loin, on mettra en avant l’efficace « Desire Path (baby please come home) » à la rythmique très Arab Strap et « The Fir Tree », emprunté à Hans Christian Andersen. On s’ennuie un poil avec « Ode To Plastic Mistletoe » avant que l’album ne délivre ses derniers joyaux avec notamment « The Recurrence of Dickens, » une réflexion sur Noël contée brillamment par ce Père Noël d’infortune et misère.

Aidan Moffat & RM Hubbert réussissent l’impossible ici : composer un bel album de Noël sans céder aux rythmes entraînants ou s’abandonner béatement aux standards de la période. Leur Noël est digne à défaut d’être joyeux, il est attentionné et habité à défaut d’être peuplé de belles histoires. Ghost Stories est un opus irrévérencieux et parfaitement bien vu. On attend maintenant de retrouver Moffat dans des habits rouges et blancs que seraient ceux d’un Arab Strap reformé comme il l’a laissé entendre.

****1/2

12 janvier 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :