Tangent: « Approaching Complexity »

Les deux néerlandais qui forment Tangent ne font pas mentir l’intitulé de leur nouvel album. En effet, Approaching Complexity les voit renouer avec une avancée qualitative certaine dont la complexité se matérialise par des titres s’étirant sur plus de xix minutes et une évolution leur permettant de passer de rivages ambient à pulsations sourdes sans que les velléités mélodiques ne soient pour autant écartées (« Confinement », « Awaken » ou « Saturation »).

Cette capacité à tirer le maximum de la durée des morceaux voit ainsi Ralph van Reijendam et Robbert Kok avoir recours à des relances, constituées par des entrées et sorties rythmiques, à même d’imprimer un nouveau départ, à plusieurs reprises, au sein du même titre (« Redundancy »). Sur le plan mélodique, au-delà de composantes électroniques, le duo convoque également un piano aux tonalités joliment mélancoliques (« Equilibrium I) ».

À l’instar de cet apport, tous les concours opèrent dans une forme d’économie de moyens et de minimalisme particulièrement bienvenus, entre caresses sonores et travail pointilliste. Afin de souligner la cohérence de ce beau disque, on relèvera enfin que quelques matériaux semblent vagabonder d’un morceau à l’autre (telle phrase de piano) ou que le passage d’une piste à l’autre se fait, parfois, à peine sentir (l’enchaînement entre le morceau-titre et « Unfolding »). Un enchevêtrement qui est la marque du bel ouvrage accompli.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s