No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Alina Kalancea: « The 5th Apple »

Le premier album d’Alina Kalancea, The 5th Apple, est une expérience forte de par sa puissance d’envoutement, équivalent d’un voyage vénéneux dans des profondeurs troublantes, gorgées de basses accueillantes et de froideurs hypnotiques.

Alina Kalancea propose un univers d’une intensité sinueuse, construit à coups de strates en apesanteur et de couches fragiles aux subtilités superposées.

The 5th Apple prend aux tripes et joue avec les sensations, faisant flotter des mots récités avec parcimonie, nous transportant du coté d’un fantastique invisible au contact permanent avec nos peurs et nos perceptions. C’est un opus qui revisite avec virtuosité les plages d’un ambient déviant à la beauté troublante.

Composé comme une succession de tableaux cinématographiques, The 5th Apple s’écoute comme un film de l’intérieur, bousculant minutieusement les codes pour les déplacer hors des frontières, dessinant les contours d’un univers singulier à l’intensité ensorcelante. Un disque dans lequl il convient de mordre.

***1/2

31 décembre 2018 Posted by | On peut se laisser tenter | | Laisser un commentaire

Jerry David DeCicca: « Time The Teacher »

L’ex-membre de The Black Swans publie ici son deuxième album de l’année quatre ans après son dernier opus. Jerry David DeCicca décide de revenir à la source, à savoir ses origines spirituelles. En effet Time The Teacher viendra lorgner vers des compositions plus solennelles et religieuses avec comme principaux exemples « Watermelon », « Grandma’s Tattoo » et autres « Kiss A Love Goodbye ».

Son indie folk minimaliste aux couleurs tantôt jazzy tantôt bluesy, voire même gospel est, ici, propre à déclencher saisissement ou même bouleversement spiritual à l’écoute de titres comme « Mustange Island », « Walls Of My Heart » ainsi que « I Didn’t Do Outside Today » où l’adjonction de de chœurs féminins tutoiera presque le transcendant.

***1/2

31 décembre 2018 Posted by | Quickies | , | Laisser un commentaire

Once Upon A Winter: « Existence »

Existence est le deuxième album de ce one-man band grec et dire qu’il retient l’attention est un euphémisme. Les six titres qui se partagent les 41 minutes de ce disque peuvent être qualifiées de belles, de lancinantes, de poétiques, de dramatiques, de progressives, de post rock, de post metal, mais pas de véhémence

Certes, on y croise parfois un chant parlé lourd et éraillé, mais cela reste exceptionnel. Quasi-totalement instrumentale, la musique de Once Upon A Winter est guidée par l’émotion.

Souvent mélancolique, toujours subtile, elle est tout simplement grandiose et hautement évocatrice. Il n’est que de laisser son magination divaguer accepter d’être porté par ses lignes mélodiques et fermer les yeux car rarement la musique n’aura mérité d’être ainsi gouvernée par ce qui est sa fonction première ; l’oreille.

****

31 décembre 2018 Posted by | Chroniques du Coeur | , | Laisser un commentaire

The Delines: « The Imperial »

Cinq ans après leur impeccable Colfax, The Delines sont de retour. Willie Vlautin (Richmond Fontaine) et Amy Boone (Damnations) font à nouveau alliance pour sortirt un disque qui fera le bonheur des fans de Cowboy Junkies et de Lambchop.
Sur The
Imperial, Cory Grayn, Tucker Jackson (The Minus 5), Sean Oldham et Freddie Trujillo (Richmond Fontaine) sont venus leur prêter main forte.

On quitte ici la nocturne Colfax Avenue et ses parasites glauques pour filer vers le désert qui est mis en scène sur The Imperial. On retrouvera avec délice la voix de Boone, qui est la plus-value essentielle des textes de Vlautin, tout tout suscitant cette admiration qui fait de leur musique un mystère.

Enregistrer des morceaux comme « Were Are You Sonny ? » ou » Waiting On The Blue » et les faire produire par John Morgan Askew (Alela Diane, Laura Gibson), montrent que le combo est toujours aussi impérial… et sa musique impérieuse.

***1/2

31 décembre 2018 Posted by | Chroniques du Coeur | , | Laisser un commentaire