Nicholas Krgovich: « Ouch »

Il y a des ruptures amoureuses que l’on ne parvient jamais à guérir et c’est le cas de nombreux musiciens qui mettent leur chagrin d’amour en musique sous n’importe quel forme pour tenter de s’en affranchir. Dernier cas en date, Nicholas Krgovich qui est dans la souffrance et qui le crie sur Ouch sur son dernier album.

L’auteur-compositeur-interprète et musicien multi-instrumentiste originaire de Vancouver a vécu une séparation pour la moins brutale selon ses propres dires et il nous le fait savoir à travers ces douze morceaux aussi bien mélancoliques que rêveurs. Il n’y a qu’à juger les précieuses écoutes de l’introduction onirique de « Rosemary » mais aussi celle des très smooth « Time » avec un chaleureux solo de saxophone et « Hinoki » pour capter la douleur de l’artiste qui noie sa peine avec une plume plus qu’éloquente.

Nicholas Krgovich établit un parallèle de sa rupture amoureuse à celui d’un deuil mais en processus beaucoup plus ralenti. Que ce soit sur les morceaux chaloupés de « Goofy », « Belief » et « Guilt », il en fait un exercice cathartique à travers des influences indie folk aux sonorités hybrides mais chaleureuses à plein souhait. Avec Ouch, même si il n’a pas cicatrisé entièrement à l’écoute de « Rejection », « October » ou du final riche en qu’est « Field » il arrive sans se montrer trop larmoyant tout de même à exprimer cette partie de l’être de chacun qui n’y sera pas insensible.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s