Karen Elson: « Double Roses »

Il suffit de savoir que Karen Elson était Madame Jack White et, qu’avec sa participation, elle avait réalisé un premier album solo en 2010 (The Ghost Who Walks) qui révélait une voix splendide pour qu’on s’intéresse à son deuxième opus. Désormais en solo civilement et musicalement, la chanteuse récidive de manière plus affranchie d’un point de vue artistique. Finie la folk-pop fantomatique connotée sixties pour la gente dame ; place à des influences plus rétro.

La personnalité est affirmée, poétique et intimiste avec moins de cette flamboyance qui caractérisait son premier essai. Les titres sont plus feutrés et délicats (« Wonder Blind », « Raven », « Wolf ») et cette fluidité révèle à quel point Elson peut fonctionner sans son mentor. Moins ténébreux mais plus élégant, Double Roses surprendra plus qu’on aurait pu s’y attendre.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s