Andrew Tuttle: « Andrew Tuttle »

Dans le sillage de Daniel Bachman ou Richard Osborn Andrew Tuttle est un artiste dont cet album éponyme est, contrairement aux apparences, le troisième.. Adepte comme John Fahey, Morton Feldman ou de Keith Fullerton Whitman, ce guitariste Australien, à la fois compositeur et improvisateur a collaboré par le passé avec des gens comme Julia Holter ou Steve Gunn.

Accompagné d’un banjo, d’une guitare acoustique et d’un synthétiseur, il a composé cet album aux multiples reflets, aux tonalités changeantes et aux textures très riches, dans lequel son finger-picking fait des merveilles pour donner vie à des motifs de guitares bucoliques et très doux dans un style qui rappelle par moment le travail d’un certain Jim O’Rourke.


En guise d’arrangements, il propose des sonorités électroniques, des bourdons, des parties de guitares triturées dans des morceaux qui évoquent la solitude des vastes étendues sauvages ou de paysages de montagne magnifiques. Une perle de musique pour voyager, à découvrir très vite !

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s