Wheel in the Sky: « Beyond the Pale »

Wheel in the Sky pourrait passer pour l’une de ces énièmes pâles copies d’un rock nostalgique des années 70. Pourtant, avec ce deuxième effort intitulé Beyond The Pale, la formation suédoise révèle l’étonnant foisonnement de la scène scandinave, dès lors qu’il s’agit de faire rougir les lampes d’amplis.

Le combo mélange les genres, dans une rétromania qui n’a que pour seule envie de distiller une énergie rock pure. On devine à l’entrée tonitruante de « Beyond the Pale », des influences larges s’étendant du punk garage le plus alternatif au rock 80’s épique. Une batterie martelant sans cesse, des notes de guitares qui glissent à la vitesse de la lumière, et un chant qui porte jusqu’au fond des salles obscures. La recette est éculée depuis des lustres, mais Wheel in the Sky, la sublime avec énergie et passion.

Il en résulte quelques pépites ultra-addictives, au psychédélisme simple et aux riffs faciles, mais néanmoins entêtants. Difficile de résister au refrain mièvre de « Undead love », à la fureur sautillante de « Burn, Babylon Burn! » ou à ces guitares rageuses qui entament le morceau-pharedu dique, « This Only Girl Dead In The City ». 

L’originalité n’est pas toujours la marque des meilleurs albums. La cohérence et la simplicité comptent parfois plus. Une chose est sûre, Wheel in the Sky sait composer des refrains mémorables mieux que n’importe quel autre groupe c’est déjà un bel accomplissement.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s