Robyn: « Honey »

Marie Mai, Ariana Grande, Taylor Swift et toutes les Lorde qui se respectent sur Terre sont influencées par Robyn, superstar de la scandipop en Europe.

Enrobés des meilleures productions synthpop, dance-pop ou disco house, ses rythmes et accroches mélodiques continuent de faire école auprès des chanteuses ayant émergé depuis les deux dernières décennies, et ça continue avec cet excellent Honey.

Encore aujourd’hui, la Suédoise de 39 ans s’avère une authentique leader esthétique comme le fut naguère Madonna, en voici une autre démonstration éclatante, huit ans après la sortie de Body Talk.

Robyn s’entoure ici des réalisateurs anglais Joseph Mount (Metronomy) et Adam Bambridge (Kindness), du maître ès house américain Marvin Burns alias Lil Louis, des docteurs ès scandipop Klas Frans Åhlund, Markus Jägerstedt et Rudolf Nordström.

Non seulement les neuf chansons au programme sont-elles des méga-tubes potentiels sans exception aucune, mais encore elles révèlent une diversité de rythmes, grooves, mélodies et arrangements des plus innovants.

Voilà un album hautement créatif, malgré le conservatisme apparent de ses constructions mélodico-harmoniques.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s