Inland Island: « Dreamt »

Avalon Rossignol-Tassonyi roule sa bosse depuis plusieurs années déjà, multipliant les collaborations et les projets, toujours très émotifs. Son projet principal, le joliment nommé Inland Island, présente sa nouvelle production, Dreamt, légèrement en retraits par rapport aux plis un peu mélodramatiques (d’aucuns diraient « emo ») des précédentes. Oscillant entre jangle pop coloré et comptines pour adultes un peu simples (« Put Your Heart at Ease »), Dreamt mise sur une instrumentation proche de la tradition folk americana (« I Find », « Anyways », « We Don’t See Eye to Eye »), avec banjo et piano traditionnel.

Les claviers au groove original (« Dance Partner ») font, aux aussi, partie des bases solides de l’album, qui se veut au final le journal touchant et introspectif d’un artiste marginal en chemin vers la guérison. Cette nouvelle richesse instrumentale donne à Inland Island plus de corps, mais une partie du charme vient, encore et toujours, de sa phraséologie organique.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s