Paul Smith: « Diagrams »

Trois ans après sa dernière évasion solo de Maxïmo Park, Paul Smith, le leader de Maxïmo Park, semble vouloir s’affranchir de son combo puisqu’il s’octroie ici une nouvelle escapade après celles sous le nom de Paul Smith And The Intimations et ne autre réalisées avec Peter Brewis.

Ici, Diagrams est arboré sans fards du nom de son créateur ce qui en soi se veut témoignage ; mais de quoi ?

Le disque débute sur une pop agréable, « The Public Eye » dont a faconde est démentie par une voix quelque peu forcée et où un saxo libère, lui, des climats plus jazzy.

Nous sommes donc aux antipodes de Rosk To Exist, le précédent opus du combo, et cela se vérifie avec un « Around Ans Around » toute en nuances et en subtilité au même titre que « Lane Burley Griffin ».

Diagrams est fièrement, et finement, campé dans la séduction et l’envoûtement perlé, de ci de là, de complaintes tranchantes à la guitare (« Silver Rabbit » qui manie avec astuce le lo-fi ou « Syrian Plains »).

Diagrams s’appuie sur les mélodies, plutôt confortables et parfois même attrayantes (« Hollywood Hills » et « Head For Figures ») et se conclura avec bonheur sur un « Make Your Orbit » en lévitation vers une douceur éloignée du post-punk qui illustrait sans vraiment le gratifier le Maxïmo Park initial.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s