Mark Pritchard: « The Four Worlds »

Après le voyage bucolique et astral que constituait Under The Sun, paru en 2016, Mark Pritchard propose une nouvelle plongée dans son univers sonore très cinématographique, à la fois sombre, poétique et envoutant.
Les morceaux, composés sur pianos et synthés, accompagnés de voix mystérieuses et de textures sonores inédites, rappelleront les expérimentations pop de Laurie Anderson à la fin des années 70. Un disque à fois exigeant et passionnant tout en restant très accessible pour qui poussera la curiosité, voire l’envoutement, jusqu’au bout.
***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s