Tuung: « Songs You Make At Night »

Le collectif londonien Tuung est l’ensemble le plus emblématique du « folktronica » un genre qui combine guitares acoustiques délicates et electronica immaculée. Le combo officie dans ce registre depuis le début des années 2000 et son dernier album, Songs You Make At Night, voit le combo se reformer avec son line-up original et le retour de l’un de ses membres, le compositeur Sam Genders qui avait poursuivi une carrière solo l’espace d’un an.

Le groupe renoue ici et de manière confiante, avec l’excellence , à savoir folk discrète et programmation studieuse des éléments électroniques. Le groupe est, en effet, à la fois traditionnel mais également mû par une volonté d’aller de l’avant. Leur mode de composition sera donc fait de six cordes en finger picking qui puissent au plus loin dans l’histoire du folk britannique tout en tentant de donner une résonance plus moderne en saupoudrant leur répertoire de samples qui ne risqueraient pas de froisser une oreille habituée à Radiohead ou Blur.

Le groupe est toujours aussi habile à trouver un équilibre entre ces deux pôles et à peaufiner de somptueuses chansons folk et à les décorer d’arrangements électroniques qui les embellissent encore plus (« Crow », « Battlefront » ou un superbe « Evaporate »).

L’autre versant, les titres les plus axés sur l’electronica restent fermement directs et immédiats et ce, grâce au travail vocal  en falsetto clair et sans prétention de Genders et Becky Jacobs.

Bien qu’il soit dépourvu de passages réellement mémorables et de morceaux qui vous impactent véritablement, Songs You Make At Night est un opus où textures et dynamique excellent : chaque item est minutieusement mis en place, tel un travail d’horloger dont le fruit serait des guitares qui s’entremêlent aux percussions et aux guitares.

Il ne faudra pas non plus négliger le rôle de Phil Winter aux samples dans la coloration globale de l’album, une tonalité à la fois tactile, aérienne et organique qui n’est pas pour rien à véhiculer un charme tout britannique au disque. Tuung s’est taillé une niche dont il est le précurseur et la référence ; le folk pastoral ensoleillé et rural du 21° siècle, un siècle qu’on imaginerait volontiers ainsi tapissé.

****

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s