Interpol: « Marauder »

La nostalgie peut vous tuer ; et Interpol devrait le savoir plus que les autres. L’année dernière leur « debut album » s’est avéré iconique et Turn On the Bright Lights a marqué un retour en forme victorieux pour leur quinzième anniversaire au point de faire d’eux les leaders de la scène indépendante new-yorkaise.

Ce succès avait propulsé le groupe et l’avait entraîné dans une longue tournée servant d’avant-goût à un nouvel opus.

Marauder peut être considéré comme un testament à cette période d’autant qu’il n’évite que de peu au piège de la redite. Ce qui l’empêche d’être un flop total c’est avant tout sa déferlante de guitares et les textures particulières dont elles étoffent leurs grains, des titres comme «I f You Really Love Nothing » ou le « single » « The Rover » en attestent.

« Stay in Touch », de son côté, visera à dépoussiérer cette image en lorgnant du côté du Deep South mais le reste de l’album n’adoptera qu’avec parcimonie cette attitude combative. Les lignes de basses sont moins habitées par l’urgence et sonnent avant tout comme des après-coups mûrement réfléchis.

Le résultat est mitigé avec, par moments, des réminiscences de leurs meilleurs moments. Que celles-ci se comptent sur les doigts de la main et, pour un titre qui de veut ravageur, résonne de manière particulièrement sécurisée.

**1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s