No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Cullen Omori: « The Diet »

Après la séparation de son premier groupe, les flamboyants Smith Westerns, et la sortie d’un premier album solo, New Misery en 2016 la vie de Cullen Omori avait pris un tournant tumultueux dont The Diet semble être ici le témoin tout chargé de négativité qu’il est. Le chanteur semble s’être résolu à abandonner prétentions et simulacres comme pour mettre au rancart certaines attantes qu’on avait eues de lui.

Ce qu’il nous sert ici est, par conséquent, un disque assez simple où se conjuguent modernité du son indie et classicisme du rock des années 70. Le disque est un véritable exercice de songwriting dès son ouverture avec la pop ensoleillée de « Four Years » jusqu’aux hamonies pastorales sur le « closer », « A Real You ».

The Diet est un opus léger sur biens des plans, rappelant le rock psychédélique façon Doors, George Harrison ou Marc Bolan.

L’amour et la vie semblent suinter au travers de tonalités gauchies et déformées et de vocaux attaqués en reverb et, même si rien ici n’est novateur, le disque est un adjuvant agréable aux canons du genre.

Omori a travaillé avec le producteur Taylor Locke et cette proximité, arrangements high tech appliquée à des méthodes lo-fi, donne un album abouti, propre et coupant à une approche de la composition orthodoxe.

Thématiquement, tout autant que musicalement, The Diet se veut enlevé et vecteur d’espoir; un disque de psyche-rock traditionnel capable de brouter sur le territoire de l’indie.

***

21 août 2018 Posted by | On peut se laisser tenter | | Laisser un commentaire