Helena Hauff: « Qualm »

En Anglais, « qualm » signfie « scrupule » ; il y a donc une certaine logique à ce que Helena Haufff retourne au minimalisme dépouillé qui était sa marque de fabrique comme si elle voulait faire table rase de son flirt avec les mélodies pop qui encadraient son Have You Been There, Have You Seen It en 2017.

Au vu de sa renommée grandissante il lui aurait été facile de se réconcilier avec ses fans en creusant un peu plus le sillon d’une electronica plus accessible mais l’artiste a opté, au contraire, pour une direction plus austère et granuleuse faite d’improvisations enregistrées en mode analogique inspirées du catalogue Bunker Records. Le résultat est est goûtu et agréable.

Qualm est également étayé par un sens étonnant de britannicité : des morceaux comme « Barrow Boot Boys », « Fag Butts In the Fire Bucket » et « It Was All Fields Around Here When I Was a Kid » font allusion à une des obsessions de Hauff, l’humour anglais, tropisme lié à ses nombreuses visites à Leicester, une ville qu’elle décrit ironiquement comme « la plus ennuyeuse du Royaume-Uni ». Comme certains titres le soulignent, les images se veulent évocatrices de friches industrielles (« The Smell of Suds and Steel ») enrichies par des synthés mélancoliques (« Entropy Created You and Me ») ou de refrains teintés par le malheur qui semble avoir été engendré par le Brexit.

Qualm est un album dystopique ; Hauff s’y semble plus à l’aise que d’autres, peut-être parce que son itinéraire est également moins linéaire et pré-établi.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s