Natalie Prass: « The Future and the Past »

Comment faire du neuf avec du vieux? Natalie Prass, 32 ans, nous suggère cette formidable réponse, ni plus ni moins l’album indie pop de l’heure. Carole King, Gerry Goffin, Karen Carpenter, Michael et Janet Jackson, Prince, Wendy & Lisa, Raphael Saadiq, George Michael, Anita Baker, Sharon Van Etten, Alicia Keys, Erykah Badu, Justin Timberlake, Jill Scott, Janelle Monáe, pour ne nommer que ces noms ayant sévi sur cinq décennies de pop anglo-américaine, noire ou blanche.

Dans un contexte plus indie, Natalie Prass a intégré un savoir-faire très polyvalent en songwriting, elle peut passer d’une référence à l’autre sans qu’on sente le moindre conformisme, le classicisme des formes est ici utilisé à bon escient, le collage de la chanteuse résulte d’un dosage brillant et raffiné d’expressions populaires, faites sur mesure pour sa voix relativement mince et la douce sensualité de son expression.

Ajoutez à ce magot de groove mélodique une vaste connaissance harmonique incluant le jazz moderne, et vous avez entre les oreilles un joyau de pop, qui s’inscrit dans l’excellente discographie de Natalie Prass, dont on avait vanté l’opus précédent, enregistré il y a trois ans chez Spacebomb sous la férule de Matthew E. White.

* * *

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s