Dirty Projectors: « Lamp Lit Prose »

Un an et demi après avoir lancé un album d’art pop transi par une rupture amoureuse, le Brooklynois Dave Longstreth, leader et principal compositeur de Dirty Projectors, exulte de bonheur sur cet échevelé huitième album. Tout y est, pêle-mêle : la pop électronique (« Right Now », avec Syd de The Internet, « Feel Energy »), la ritournelle folk (« You’re the One », collaboration avec Robin Pecknold de Fleet Foxes), le R&B aux tons gospel (« What Is the Tim »e, une des moins réussies), les références aux Beach Boys époque SMiLE (craquante « Blue Bird » !) et à l’écriture de chansons inspirée de Paul Simon, notamment sur « That’s a Lifestyle », complainte pop-rock sur l’état du monde assaisonnée d’un irrésistible refrain.

Un joli fouillis rendu agréable à écouter grâce à l’effervescence et à l’originalité des orchestrations, à la qualité des mélodies et à l’interprétation joyeuse et contagieuse de Longstreth, qui condense ici en une dizaine de chansons toute la curiosité musicale qui guide son projet depuis plus de 15 ans.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s