No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Cloud Nothings: « Life Without Sound »

Après quelques années où ils s’adonnaient à une volonté expérimentale, Cloud Nothings s’oriente avec ce quatrième album vers un son plus ramassé soniquement ce qui, pour eux, équivaut à alterner power-pop, post-hardcore et lo-fi.

Bien des choses seront familières ici ; les vocaux et les textes de Dyaln Baldi se coltinant à l’ennui et au mal-être mais, avec le production de John Goodmanson (Sleater-Kinney, Death Cab For Cutie), Baldi adopte ici des tonalités plus mesurées édulcorant ainsi les propos les plus drus.

Quand le vocaliste se veut contemplatif il ne s’éloigne alors pas trop du territore « emo » et les « singles » de Life Without Sound, tout évidents qu’ils soient, naviguent dans un bain aérien comme sur « Internal World ».

Les mélodies caresseront toujours les oreilles (« Things Are Right With You » ou le conversationnel « Sight Unseen ») ce qui ajoutera un côté cérémonieux à l’ensemble. Délaissant la dissonance, Cloud Nothings élaborent alors ici un canevas qui vivifie plutôt qu’il ne décourage.

***1/2

14 mai 2017 Posted by | Quickies | | Laisser un commentaire

Joan Shelley: « Joan Shelley »

Il est délicat de pouvoir innover dans un genre aussi rebattu que le folk acoustique. C’est à partir de ce constat que Joan Shelley se garde bien de vouloir l’être. En dépit, ou plutôt grâce à cela, l’auteure compositrice nous fait partager un univers où tranquillité simple et arrangements mélodieux nous emmènent en un voyage musical où toute pose artificielle est exclue.

L’approche, à l’image de l’enchanteur chorus sur « Where I’ll Find You », semble être magique, de cette magie qui parvient à combiner intimité naturelle et assurance qu’un long travail en studio véhicule.

Si élégance et stylisation il y a, elles sont véhiculées avec concision et éloquence (« The Push And Pull ») mais aussi articulées avec chaleur et romantisme calme qui évoque Nick Drake ou Joni Mitchell. Comme ces deux derniers, Shelley nous montre une maîtrise de son art et elle l’exploite ici avec une grâce et une modération infinies.

***1/2

14 mai 2017 Posted by | Quickies | | Laisser un commentaire