Bonobo: « Migration »

Simon Green, autrement dit Bonobo, a fait pas mal de chemin depuis que North Borders lui apporta une certaine notoriété en 2013 dans une scène à mi-chemin entre trip-hop et electronica. Migration se veut son album le plus mouvant, comme son titre semble vouloir le signifier.

North Borders avait, en effet, critiqué en raison de son manque de variété ; ici, mouvement oblige, les tempos sont arrangés de manière différente, plus « uptempo » et vivace, permettant d’aller plus loin que la morosité qui jalonnait son premier opus.

Le titre d’ouverture, « Migration, semble préfigurer une introduction lente, mais celle-ci est enrichie de mouvements ascendants et de tonalité plus subtiles, apportant une complexité à un titre simple en apparence.

« Outlier » nous emmène vers quelque chose de purement sonique allant, le long de ses sept minutes, d’une intro galopante à des sons enrichis de breaks. Que le morceau se termine sur une tonalité éthérée nous rappelle, comme « No Reason », que Migration est un album écoutable par tout un chacun que ce soit en termes instrumentaux (les lignes de basses) que vocaux (un phrasé délicat rare dans la musique électronique).

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s