Wild Beasts: « Boy King »

Wild Beasts n’ont jamais hésité à verser dans l’épanchement, bon pas par mièvrerie, mais tout simplement parce là se situait leur sensibilité. Le coeur était chez eux un organe vulnérable tout comme peuvent l’être d’autres endroits de notre constitutions physique et mentale : sur Boy King, nous entons dans un autre domaine, toujours aussi empli de pathos mais ce dernier se meut ici vers le désir et la luxure, l’appétit charnel de plus en plus sombre et tordu.

Ls compositions sont, plus la plupart, centrées sur la confusion des genres : «  Big Cat », « Tough Guy », « Eat Your Heart Out Adonis » et même la chanson titre. Elles sont une extension de la thématique de l’identité que l’on percevait sur leur précédent opus, Present Tense.

Mais, ici, la mise au point est beaucoup plus large, « He The Colossus » est une créature pétrifiée par la crainte et « Alpha Female » est une utopie bien glauque sur le féminisme.

Pour cela, la colone vertébrale du disque résidera dans sa section rythmique, une sorte d’échafaudage d’acier permettant à Hayden Thorpe d’apposer des vocaux duveteux. On écoutera alors la machinerie éreintée de chaque accord frappé au synthétiseur, comme pour délivrer le canon de l’électronique la plus confondante dans sa douleur post-coïtale.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s