Octopus Syng: « Hollow Ghost »

Ce n’est pas qu’il y a quarante ans et en Angleterre que Syd Barret a fait des émules car, o l »écoute des Finlandais de Octopus Syng, on se cpoirait revenu à l’épqoque du Pink Flod en 1967. Leur leader, Jaire Pätäri est amateur de musique concrète et mordu de vieux micros, fervent de Paris et d’histoires de fantômes. Ses influences vont de ces dits centres d’intérêt des années 20 et ce quatrième album vas owciller entre climats automnaux et instrumentaux propres à se ramifier dans le cerveau.

On trouvera, qui du Beautiful Junkyards, qui du Paul Roland (« Echoes From The Past Centuries ») et des vocaux qui vont du charmant à l'(excentrique. « Surrealistic Room » est délicat tout en gardant une teinture mystérieuse gothique et Melancholy of Delight » récitatif et atonal avec une instrumentation dépouillée et un violon spectral.



Trompettes et harmonies couplées ne seront pas oubliées sur un « Belle and Ville » formant une délicieuse tapisserie vocale et « Today’s Portarit » se penchera du côté des Doors.

Entre bucolisme champêtre et acidité plus débridée, Octopus Syng agaceront nos oreilles avec une musique douce et hallucinogène où même les pépiements d’oiseaux sonnent d’un autre monde.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s