Sarah Neufeld: « The Ridge »

Le disque précédent de Sarah Neufeld, Never Were The Way She Was, avait fait montre de quelque chose de fascinant, la conversation entre la majesté fluide de son travail au violon et les attaques virtuoses menées au saxophone par Colin Stetson, son collègue de Arcade Fire.

Rarement une symbiose entre le beau et le laid ne s’était montrée de manière si évidente , jamais, non plus, n’avait-elle autant impressionné. The Ridge utilise la voix et le violon pour peindre un spectacle croquant et crispé, semblable à d’un petit matin à la campagne (« They All Came Down ») et dont le bref instant se transforme en orage déchiqueté (« A Long Awaited Scar »).

La présence de Jeremy Gara aux percussions ajoute au disque une connotations mélodramatique assez agréable et familière mais, ici, requiert une écoute plus attentive pour nous autoriser à apprécier ses charmes. D’ailleurs, au fond, The Ridge est plus charmant que fascinant et, à ce titre, il mérite bien de nous intriguer.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s