Quilt: « Plaza »

Le troisième album de Quilt explore le côtés brillants mais aussi sombres du rock des années 60. Les dix plages sur Plaza barbotent dans de la sunshine pop, du freak folk et de la psychedelia hypnotique. En disant que, psychiquement, ils sont moins lourds que The Brain Jonestown Massacre mais moins mièvres que The Elephant 6 Collective. Le tout est ^produit par Harvis Taverniere de Woods.



« Passersby » donne le coup d’envoi sur une ligne de guitare circulaire, de très belles trilles de flutes et de cordes et la voix de Anna Fox Rochinski dont la douceur évoquera Vashti Bunyan. Shane Butler, l’autre compositeur, prend alors la relève avec un « Searching For » dont la mélodie vivace rappellera le « Pleasant Valley Saunday » des Monkees alors que « Eliot St. » aurait très bien pu figurer sur un disque de Van Dyke Parks.

Plaza ne sonne toutefois pas rétro ; le groupe est déjà capable de synthétiser ses influences et il parvient, en outre, à mettre en valeur avec fluidité l’interaction entre les deux vocalistes. Ajoutons que les compositions, si elles ne sont pas toutes sensationnelles, ont dans leur ensemble ce petit côté accrocheur qui incite à plusieurs écoutes. Quilt ne prennent pas un tournant radical propre à irriter les puristes, mais il est toujours réconfortant de constater que la psychedelia est encore dans de bonnes mains.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s