The 1975: « I like it when you sleep, for you are so beautiful yet so unaware of it »

The 1975 sont manifestement un groupe pop. Ils oeuvrent aussi, Manchester oblige, à obtenir la plus large audience possible, tout leur travail semble axé autour de cet objectif. De cette démarche on a affaire à des disques qui vont entre la pavane du rock et du dance floor, à des ambiances de rock au synthétiseur, de l’indie au sens le plus strict et du folk maussade reflétant tous le statut étrange de ce qu’est d’être un artiste dans le besoin.

Critiquer une telle manière de procéder n’est pas chose aisée d’autant que la pluralité est, à l’époque d’internet, signe d’ouverture d’esprit. Bien sûr le résultat en est souvent désorganisé voire bordélique ; sur ce plan-là The 1975 sont plutôt cohérents.

Néanmoins, même quand ils s’inspirent du white funk de INX et Bowie sur « Love Me » , quand ils s’essaient à la romance electro sur « Change Of Heart » ou veulent se présenter comme vecteurs d’angoisse sur « The Ballad Of Me And My Brain », ils sonnent encore comme des types se situant dans le paraître qu’étant dans le vécu.

**1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s