The Jazz Butcher: « Last of the Gentleman Adventurers »

Last of the Gentleman Adventurers est un titre parfait pour The Jazz Butcher, pseudonyme de Pat Fish, artiste basé à Northampton. « Gentlemen » en effet pour quelqu’un dont la musique est faite de distinction, d’élégance, et surtout de subtilité tant elle parvient à se situer sur une ligne de crête très fine, celle d’un Richard Hawley qui aurait décidé de se faire plus mordant et d’un Robyn Hitchcock qui aurait remisé ses excentricités d’une manière plus discrète.

The Jazz Butcher n’est pas un groupe mais un collectif de musiciens quei entourent Fish et qui s’agglutine sur ses enregistrements quand l’occasion s’y prête. Oute l’instrumentation traditionnelle un véritable travail d’orfèvre se reconnaît avec un line up qui ajoute harmonium, drones, accordéons et chorus fantomatiques pour nous gratifier d’éléments empruntés au jazz, à la folk, à des sentiments exprimés calmement et une ébauche de rock and roll « low key ».

C’est un disque pour des moments ensommeillés et nocturnes, à volonté apaante (« Count Me Out » ou « Animals »), des tempos enlevés en sourdine (le mid tempo de « Shame about You ») des effluves dans lesquelles on discerne le Velvet (« Mercy »)ou Jonathan Richman.

La chanson titre présente un jazz pop somnolent, une un slow idéal à danser par les nuits d’hiver et « Tombe Dans Les Pommes » nous accompagnera avec plénitude lors d’une ballade au bord de la Seine, moment de grâce qui incite à prolonger l’émotion alors que « Black Raoul » fera résonner un riff de blues à trois accords nous transportant dans la nostalgie 60’s et 50’s.

L’éventail s’élargira encore mieux avec un « Shakey » sentimental comme du Brian Wilson ou « Saint’s Prayer » qui y ajoutera tonalité psychédéliques soigneusement diffusées.

Last of the Gentleman Adventurers est un album divers mais on ne peut lui reprocher sons éclectisme tant il est le signe d’un savoir faire qui n’est pas synonyme de démonstration mais plutôt d’un musicien qui va à son pas, celui d’une personne qui prend le temps de ne pas se hâter mais de vous enchanter dans des lignes vaporeuses dont on n’a nulle envie de s’extraire.

*****

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s