Seth Bogart: « Seth Bogart »

Au travers de son groupe Hunx and His Punx et sur ses projets en solo sous le nom de Hunx, Seth Bogart se faisait le chantre de cette ère où on idolâtrait la pop rétro, les girl groups et leurs harmonies et le tout premier rock.

Sur ce premier album éponyme le songwriting est tout aussi tranchant et accrocheur mais les émotions se montrent plus ampoulées sur un registre où alternent le plaintif, le triste et la rancoeur. Cette fois, en effet, il s’en prend à la version la plus idéalisée de l’iconographie pop en en faisant un portrait (lui-même) dont il embrasse l’esthétique déjantée et « camp » dont il a toujours été fan.

Seth Bogart parle donc de ses obsessions sur la notions d’artifice (« Hollywood Squares », « Plastic! » et « Eating Makeup ») en nous ramenant àu début des années 80, époque où le punk se muait en pop bricolée façon Le Tigre et Tracey + The Plastics.

La musique ici retrouve le même esprit décousu, la distorsion et les tripatouillages studio sur Auto-Tune cumulant loufoquerie et franchise naïve. Si cette méthode nous parle, se situer au seuil de l’extravagance ne pourra que nous réjouir.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s